Nantes: La DirOuest et McDo en ont marre des déchets au bord des routes

ENVIRONNEMENT Les agents routiers dénoncent l'incivisme de certains automobilistes...

Frédéric Brenon

— 

La DirOuest ramasse des déchets sur une bretelle du périphérique de Nantes.
La DirOuest ramasse des déchets sur une bretelle du périphérique de Nantes. — F.Brenon/20Minutes

Emballages, canettes, mégots, enjoliveurs, bouteilles, morceaux de bois… Chaque année, elle ramasse aux bords des routes plus de 750 tonnes de déchets, soit environ 500 kg par kilomètre. La plus grosse quantité se retrouve sur les bretelles du périphérique nantais, là où la vitesse modérée laisse tout le loisir aux automobilistes indélicats de se débarrasser de leur détritus par la fenêtre.

Comportement « dangereux »

Cet incivisme, la Direction régionale des routes interdépartementales de l’Ouest (DirOuest) aimerait qu’il diminue enfin franchement. C’est le message qu’elle fait passer régulièrement sur ses panneaux d’information. Ou qu’elle diffuse aux clients de certains commerces, comme McDonald’s la semaine dernière.

« C'est un comportement dangereux pour l’environnement, dangereux pour les agents qui interviennent et dangereux pour la circulation lorsque des déchets se retrouvent sur la chaussée », dénonce Damien Courbe, chef du district de Nantes à la DirOuest. « Il faut en finir avec cette idée que, sur le domaine public, ça disparaît parce que c’est ramassé. Qu’on est à l’abri dans sa voiture parce que personne ne nous voit », ajoute-t-il.

« Ça ne nous fait pas plaisir de croiser un emballage McDo »

Conscient d’avoir aussi un rôle à jouer, McDonald’s a souhaité s’associer à la DirOuest dans cette quête de « prise de conscience ». Le fast-food américain, dont les sacs, gobelets et papiers gras sont bien représentés au bord des routes, tente d’agir de son côté en sensibilisant sa clientèle, en fournissant des emballages moins volumineux, en distribuant moins de consommables (serviettes, sauces, pailles…) ou en concevant des contenants issus de matériaux renouvelables voire biodégradables.

>> A lire aussi : Nantes: Ces projets qui vont changer le périphérique

Mais modifier les comportements prend du temps. « Sur notre parking, à proximité du drive, nous ramassons chaque jour des quantités importantes de déchets laissés au sol par les clients, déplore Laëtitia Hardy, superviseur des restaurants Cheviré, Bellevue et Bouaye chez McDonald’s. Nous nettoyons aussi les environs. Ça ne nous fait pas plaisir de croiser un emballage McDo, facilement reconnaissable, qui traîne au bord de la route. »