Nantes: Les hôtels n'ont jamais été aussi remplis que cette année

TOURISME Le taux d'occupation et la taxe de séjour ont progressé en 2016...

Frédéric Brenon

— 

L'hôtel Radisson Blu à Nantes.
L'hôtel Radisson Blu à Nantes. — Fabrice Elsner/20 minutes

Pour la troisième année consécutive, et malgré des facteurs contraignants (travaux, manifestations, menace terroriste…) la ville de Nantes voit sa fréquentation hôtelière augmenter nettement. En 2016, la Cité des ducs est même la grande ville française dont le taux d’occupation progresse le plus, selon une étude du cabinet Deloitte.

Forte progression, mais encore de la marge

Avec des taux de remplissage évoluant de +5,2 % pour le milieu de gamme, +7,3 % pour la gamme économique et +1 % pour la gamme super éco, Nantes devance Toulouse, Lille ou Montpellier alors que des villes comme Paris, Marseille ou Nice enregistrent des baisses importantes. En revanche, si l’on regarde les taux d’occupation réels, la comparaison est moins flatteuse puisque les hôtels parisiens, bordelais, montpelliérains ou lillois restent davantage remplis que les établissements nantais.

Pas forcément que des touristes

La progression nantaise est confirmée par une taxe de séjour en hausse à Nantes métropole : +6,6 % en juillet et +2,6 % en août, sans prendre en compte les nuitées enregistrées dans les hébergements chez l’habitant (Airbnb par exemple).

>> A lire aussi : Nantes: Quels sont les trois hôtels préférés des voyageurs?

Les chiffres démontrent également que l’été (juin, juillet et août) constitue désormais la période d’affluence majeure sur l’année. « Ces résultats confirment l’attrait de la ville auprès d’une clientèle culturelle et de loisirs », se félicite leVoyage à Nantes, qui pilote l’offre touristique.

« C’est une bonne année, c’est vrai, confirme Jean-François Dauchel, président du Club hôtelier de Nantes, qui regroupe 70 établissements. Mais l’embellie touristique doit être nuancée par plusieurs points. D’abord, la météo a été particulièrement favorable cet été. Ensuite, de nombreux touristes et séminaristes se sont reportés sur Nantes en raison du contexte terroriste à Paris ou sur la Côte d’Azur. Des effectifs policiers importants, sollicités pour les manifestations contre la loi Travail, ont également rempli les hôtels de la métropole. Et puis, il faut savoir que l’Etat loge de plus en plus de demandeurs d’asile en attente d’hébergement. Dans certains établissements, ils occupent les trois quarts des chambres. Le Voyage à Nantes a impulsé un redressement, mais il faudra voir si cela se confirme les années prochaines. »