Nantes: La piste criminelle privilégiée pour l'incendie de la Cantine numérique

FAITS DIVERS Le feu a ravagé la halle de la Madeleine, quartier des Olivettes, dimanche soir à Nantes...

F.B. avec AFP

— 

Les dégâts de l'incendie qui a ravagé la Cantine numérique sont spectaculaires.
Les dégâts de l'incendie qui a ravagé la Cantine numérique sont spectaculaires. — F.Brenon/20Minutes

La justice s’oriente vers l’hypothèse criminelle après le violent incendie qui a détruit dimanche soir la Cantine numérique, un espace professionnel et emblématique du centre-ville de Nantes, sans faire de blessé, a indiqué le parquet de Nantes.

« Au vu des constatations d’un expert et des enquêteurs, le feu a pris dans un local à poubelles situé à l’intérieur du bâtiment, où se trouvaient des cartons et du polystyrène. Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait d’un incendie criminel », a indiqué le parquet.

« Un témoin a déclaré avoir vu quelques heures avant l’incendie trois individus qui n’avaient rien à faire sur les lieux jouer avec le polystyrène », a-t-il précisé. Les enquêteurs de la sûreté départementale cherchent à identifier ces personnes.

Assez facile d’accès le week-end

Aucune effraction n’a été constatée mais l’une des deux grilles d’accès au bâtiment peut être franchie aisément du fait de sa faible hauteur. « Il y a régulièrement des jeunes qui viennent s’amuser sous la halle le week-end. Parfois, on retrouve des détritus, d’autres fois ce sont les arbres qui sont abîmés », témoigne Yannick Perrigot, dirigeant de Windreport' et copropriétaire des lieux.

>> A lire aussi : VIDEO. Nantes: Ce que l'on sait sur l'incendie de la Cantine numérique

La halle de la Madeleine abrite la « Cantine numérique », une pépinière d’entreprises, et un espace de co-working où travaillent une centaine de personnes.

L’incendie de ce bâtiment de trois étages s’est déclenché dimanche vers 20h15 avant d’être circonscrit peu avant minuit. Trois logements voisins ont été détruits et deux autres, inhabitables en l’état, pourront être réoccupés rapidement, a indiqué la mairie de Nantes. Au total, une dizaine de personnes sont concernées, même si aucune demande d’hébergement d’urgence n’a été enregistrée par la ville.

Quant aux professionnels de la Cantine numérique, ils ont pour la plupart trouvé un bureau provisoire pour travailler, grâce à de nombreuses propositions du secteur privé comme du secteur public.

>> A lire aussi : Nantes: La solidarité s'organise autour des sinistrés de la Cantine numérique