Nantes: Fini le shopping les dimanches avant Noël si Beaulieu passe en force, menacent les syndicats

COMMERCES Ce lundi, les syndicats ont menacé de se retirer de l’accord si la galerie commerciale Beaulieu ouvre ses portes les 11 et 18 décembre 2016…

Julie Urbach

— 

Nantes, le 14 décembre 2014, la foule en centre-ville un dimanche après-midi où les commerces sont ouverts pour la première fois
Nantes, le 14 décembre 2014, la foule en centre-ville un dimanche après-midi où les commerces sont ouverts pour la première fois — Frederic Brenon / 20 Minutes

Pourra-t-on faire ses courses en ville les dimanches avant Noël ? La question fait débat chaque année dans la cité des Ducs depuis qu’un accord historique le permettant a été signé en 2014 entre les partenaires sociaux.

Alors que les deux premières fois, les magasins des centres-villes de l’agglo ont été autorisés à ouvrir les deux dimanches (de 14h à 19h puis de 12h à 19h) précédant Noël, le dispositif doit être reconduit cette année, les 11 et 18 décembre. De nouvelles modalités viennent même d’être définies pour 2017, à moins que l’accord ne vole entre-temps en éclat.

La galerie Beaulieu veut ouvrir

Car pour 2016, la galerie commerciale Beaulieu a cette fois décidé de passer en force, en s’incluant dans cet accord destiné au départ à redynamiser les petits commerces. Selon la CCI, les 120 boutiques (hors Carrefour) de la galerie risquent fort de lever leur rideau. « Nous sommes impactés autant que le centre-ville, justifiait Alexandre Morisseau, le directeur de Beaulieu, le mois dernier. Il est difficile d’expliquer à certaines enseignes qu’à un kilomètre près elles n’ont pas le droit d’ouvrir. »

>> A lire aussi : La galerie Beaulieu tentée d'ouvrir les dimanches avant Noël

Sollicité par 20 Minutes, le directeur n’a pas pu être joint ce lundi mais pour l’instant, « il n’était pas question qu’il change d’avis » croit savoir Jean-Luc Cadio, vice-président de la CCI.

Les magasins de périphérie intégrés dans l’accord 2017

Une attitude que dénoncent les trois syndicats signataires (CFDT, Unsa et CFE-CGC), qui ont assuré ce lundi que si la galerie marchande ouvrait ses portes, ils se retireront de l’accord pour 2017. « On retirera nos signatures et ce sera retour à la case zéro », prévient Pascal Priou de l’Unsa. Le texte pour 2017 est pourtant déjà en cours de discussion et repose sur le même principe pour le premier dimanche (18 décembre) mais s’élargit aux magasins de périphérie pour le deuxième.

« Ça tombe le 24 décembre. C’est une décision à caractère exceptionnel car c’est dans l’intérêt collectif, juge Jean-Luc Cadio. Nous verrons pour 2018 ce que l’on décide. » Lors de cette journée particulière, les commerces pourraient ouvrir de 10h à 17h. Un changement d’horaire pour que « les salariés rentrent plus tôt chez eux et puissent concilier vie professionnelle et personnelle », indique la CFDT.