Nantes: Une étape importante franchie dans la restauration de la basilique Saint-Donatien

PATRIMOINE Un an et demi après l'incendie qui a ravagé l'édifice, l'opération de restauration des voûtes, «la plus complexe du chantier» s'achève...

Julie Urbach

— 

Sous le toit, les ouvriers travaillent à la restauration des voûts
Sous le toit, les ouvriers travaillent à la restauration des voûts — J. Urbach/ 20 Minutes

Un à un, les 10.000 blocs de pierre, de tailles variées, ont presque tous été posés. A 30 mètres de hauteur, là où la toiture prenait feu en juin 2015, une dizaine d’ouvriers s’affairent depuis plusieurs mois afin d’éviter que les voûtes de la basilique Saint-Donatien, endommagées depuis l’incendie, ne s’affaissent.

« C’est la phase la plus complexe du chantier, commente ce vendredi Perluigi Pericolo, l’architecte du patrimoine et maître d’œuvre. Les pierres ont été très dégradées par l’effondrement des charpentes, les opérations pour éteindre le feu, l’eau de pluie… Nous les avons remplacées à l’identique, en utilisant les mêmes techniques qu’au XIXe siècle. C’est un travail exceptionnel. » Pour réaliser « cette opération de reconstruction rarissime », le pavage s’effectue par le haut, sur un coffrage arrondi.

10.000 blocs de pierre pour restaurer les voutes
10.000 blocs de pierre pour restaurer les voutes - J. Urbach/ 20 Minutes

Juste en dessous, sur un gigantesque échafaudage monté à l’intérieur de l’édifice, des dizaines de poutres soutiennent le tout. Lorsque c’est sec, les soutiens sont retirés, avant la pose de renforcements métalliques… Et ça tient ! Après huit voûtes déjà reprises, la plus importante d’entre elle (« la croisée ») devrait être achevée la semaine prochaine.

Juste en dessous des voûtes. Celle au premier plan a été restaurée
Juste en dessous des voûtes. Celle au premier plan a été restaurée - J. Urbach/ 20 Minutes

Un champignon rallonge les opérations

Si le chantier avance, un an et demi APR7S l’impressionnant incendie qui a ravagé la basilique Saint-Donatien, les opérations sont loin d’être terminées. « En plus de ces pierres bien plus abîmées que l’on pensait, nous avons découvert qu’un champignon, la mérule, s’était développé et avait attaqué les éléments de boiserie », détaille Olivier Château, adjoint au maire de Nantes en charge du patrimoine.

La phase de sécurisation du bâtiment, qui devait s’achever en décembre, va donc courir jusqu’au mois d’avril, avec l’évacuation des matériaux et le traitement des murs.

Attaquées par des champignons, ces estrades seront évacuées
Attaquées par des champignons, ces estrades seront évacuées - J. Urbach/ 20 Minutes

Réouverture en 2020 au plus tôt

Ce n’est donc qu’à la fin de l’année 2017 que la reconstruction en tant que telle devrait commencer. Deux ans seront nécessaires pour reconstituer la toiture dont les trois quarts avaient été détruits. Aucune date de réouverture n’a encore été annoncée mais la basilique ne pourra pas accueillir de visiteurs avant 2020.

Le coût des opérations s’élève pour l’instant à 3,4 millions d’euros. « La ville de Nantes est bien sûr assurée pour ce type de sinistre », indique la mairie. L’enveloppe globale pour ces années de travaux est estimée à huit millions d’euros.

La façade de la basilique Saint-Donatien
La façade de la basilique Saint-Donatien - J. Urbach/ 20 Minutes