Notre-Dame-des-Landes: Une centaine de tracteurs positionnés pour protéger la ZAD

PROJET D'AÉROPORT Les véhicules agricoles forment depuis jeudi matin une barricade autour d'une ferme expulsable...

F.B.

— 

Près de 150 tracteurs «vigilants» se sont installés autour de la ferme Fresneau à Notre-Dame-des-Landes, le 10 novembre 2016.
Près de 150 tracteurs «vigilants» se sont installés autour de la ferme Fresneau à Notre-Dame-des-Landes, le 10 novembre 2016. — D.Meyer/AFP

Plus d’une centaine de tracteurs « vigilants » appartenant à des agriculteurs membres du collectif anti-aéroport Copain 44 se sont positionnés ce jeudi matin sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes afin de constituer une « barrière aux forces de l’ordre » en cas de « tentative d’expulsion ». Ce dispositif défensif, déjà organisé plusieurs fois ces dernières années, protège cette fois plus particulièrement une ferme expulsable au lieu-dit Les Domaines.

« Nous, paysans, ne pouvons absolument pas accepter que des milliers d’hectares de terres nourricières, des fermes en activité ou en cours d’installation, des lieux de vie ou des espaces d’expérimentation d’une autre conception de la société, soient sacrifiés sur l’autel d’un autoritarisme forcené », clame le collectif.

« Aujourd’hui, on est plus de 150 tracteurs. C’est deux à trois fois plus qui se mobiliseront », en cas d’intervention des forces de l’ordre sur la Zad, prévient Vincent Delabouglise, membre de Copain 44.

Un revers pour les pro-aéroport lundi ?

La cour administrative d’appel doit rendre lundi une décision de justice très attendue. Si la cour suit les recommandations du rapporteur public, les arrêtés environnementaux (loi sur l’eau et transfert des espèces protégés) adoptés par le préfet afin d’autoriser le coup d’envoi des travaux de l’aéroport seraient annulés. Ce qui serait un revers de taille pour les partisans du projet.

« Les juges n’ont encore rien décidé. Ça ne change rien pour nous. La menace persiste », se méfie le collectif d’agriculteurs anti-aéroport.