Dominique, de A à Z

A Nantes, J.R.

— 

Dominique A lors de la soiree organisee pour les 25 ans de radio de Laurent Lavige et la sortie de son livre "On Air" (preface de Bruno Cali) au Divan du Monde, Paris, FRANCE L. URMAN / SIPA- 13/11/2007/0711141344
Dominique A lors de la soiree organisee pour les 25 ans de radio de Laurent Lavige et la sortie de son livre "On Air" (preface de Bruno Cali) au Divan du Monde, Paris, FRANCE L. URMAN / SIPA- 13/11/2007/0711141344 — L. URMAN / SIPA

Précurseur, défricheur, novateur, la machine à louanges s'emballe lorsque l'on évoque Dominique A. «C'est un grand mec, de la dimension d'un Léo Ferré, ose Christophe Conte, spécialiste de la chanson française pour le magazine culturel “Les Inrockuptibles”. Dans trente ou quarante ans, il sera dans toutes les anthologies sur la musique française.»

Né à Provins, en Seine-et-Marne, Dominique Ané a grandi à Nantes. Après quelques tentatives, il compose et autoproduit un premier album minimaliste, «La Fossette», devenu culte depuis, sur lequel figure l'une de ses chansons phares, «Le courage des oiseaux».

«“La Fossette” est un manifeste technique, poétique et esthétique, en dépit de ses défauts, assène Christophe Conte. C'est un tournant pour la musique française, qui a découvert qu'elle pouvait s'affranchir du modèle anglo-saxon et du rock français des années 1980, celui de Téléphone.»
 
Après «Si je connais Harry», «La Mémoire Neuve», album plus accessible porté par «Le Twenty-two bar», le fait connaître au grand public. Compositeur exigeant et inventif, plume racée d'une ébouriffante sincérité, Dominique A devient alors l'antihéros qui décomplexe de nombreux musiciens français.

De Miossec à Cali, en passant par Vincent Delerm, beaucoup d’artistes reconnaissent volontiers lui devoir une fière chandelle. Après huit albums et de nombreuses collaborations (Françoiz Breut, Yann Tiersen...), le Nantais désormais exilé à Bruxelles livre enfin son premier album live. Marqué, une fois de plus, du sceau de l'exigence.