VIDEO. Qui est Enzo l'insaisissable, le nouveau roi de l'illusion qui va vous laisser bouche bée?

MAGIE A 26 ans, le magicien nantais démarre sa tournée avec un spectacle époustouflant…

Julie Urbach

— 

Enzo l'insaissable
Enzo l'insaissable — Inanis Photo

Introduire un (vrai) hélicoptère sur scène, disparaître en plein vol au dessus du public, couper une femme à la verticale, ou encore se prendre 12 millions de volts et en sortir indemne… A 26 ans, Enzo l’insaisissable n’a peur de rien. Cet « illusionniste nouvelle génération » s’apprête à partir en tournée en province après plusieurs dates à guichets fermés à Paris.

Il se produit ce samedi à la Cité des congrès de Nantes, la ville qui l’a vu naître, pour présenter un show époustouflant, résultat de 20 ans de travail. Derrière son nom de scène, référence à ce film américain qui « casse les codes de la magie », il cache d’autres traits de caractère.

Enzo l'insaissable
Enzo l'insaissable - Inanis Photo

Le self-made-man. Il faut remonter à l’enfance d’Enzo (c’est un pseudo) si l’on veut connaître toute son histoire « J’ai reçu pour mes 6 ans une petite boîte de magie, raconte le jeune homme. A ce moment-là, j’étais plutôt passionné de Lego et de jeux de construction, je voulais devenir architecte ! » L’année suivante, il assiste à un spectacle de David Copperfield, qui est depuis son modèle, et c’est le déclic. Il annonce à ses parents qu’il ne passera pas le bac.

« A partir de là, je me suis battu, je me suis enfermé dans le travail jour et nuit, continue Enzo. Comme Poudlard n’existe pas, je me suis construit mon propre parcours, en m’intéressant à tout sauf à la magie, pour finalement imaginer la mienne ». Il étudie les sciences et techniques puis enchaîne par deux ans de menuiserie pour « fabriquer mes boîtes ». Après une formation accélérée en comptabilité, il monte sa société de production. Puis est repéré par Lagardère.

Le bricoleur. Enzo a construit de toutes pièces son spectacle. C’est à Nantes, aux Machines de l’île, qu’il y a travaillé pendant un an. « Je suis allé les voir car je cherchais à fabriquer des bobines Tesla, se souvient-il. Je leur ai expliqué mes plans, ils m’ont dit que j’étais complètement barge, mais qu’ils allaient me suivre et m’aider à fabriquer tout mon show. C’était un rêve parce que depuis tout gamin, je vois sortir des machines infernales de ces ateliers. J’ai vécu une année extraordinaire pendant laquelle je n’ai pas arrêté de créer. C’est mon adrénaline au quotidien ».

L’ambitieux. Un spectacle de magie « ultramoderne, de la grosse illusion, des effets uniques au monde » en est sorti. Si Enzo admet être « sur le cul » de tout ce qui lui arrive, le jeune homme affiche déjà de grandes ambitions. « Mon rêve ultime serait un jour d’avoir mon show à Las Vegas. Il y a un côté grandiose, seulement cinq magiciens dans le monde ont pu s’y produire. J’espère y aller, le plus vite possible. » Après être arrivé très loin dans la version française, Enzo l’insaisissable participera au printemps 2017 à l’émission américaine American’s got Talent.

Le Nantais. Mais avant, c’est bel et bien à la cité des Congrès de Nantes que l’artiste, qui a passé toute son enfance à Orvault, se produira samedi. « C’est un hasard que la tournée commence ici, mais je le souhaitais car tout a été imaginé ici. J’adore cette ville, son côté créatif, donc c’est le comble, je suis hypercontent. » En vadrouille 200 jours par an, c’est à Nantes qu’Enzo a acheté sa maison. « Pour me reposer ».