Saint-Nazaire: Quatre candidats au rachat de STX

ECONOMIE La vente du groupe sud-coréen, dont font partie les chantiers navals, doit se faire d'ici la fin de l'année...

J.U. avec AFP

— 

Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire.
Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire. — JS Evrard/AFP

Ça avance dans le feuilleton de la vente du groupe STX, dont font partie les chantiers navals de Saint-Nazaire. Quatre sociétés sont candidates au rachat du groupe sud-coréen en difficulté, a annoncé ce vendredi la justice sud-coréenne. La vente doit se concrétiser d’ici la fin de l’année.

>> A lire aussi : Tout savoir sur la vente de STX

Un porte-parole du tribunal de commerce de Séoul s’est cependant refusé à citer le nom des potentiels repreneurs. Il n’a pas non plus précisé ce qu’ils voulaient racheter exactement : la justice avait offert aux repreneurs la possibilité d’acheter STX séparément (seulement STX France, la seule unité rentable du groupe, par exemple) ou en bloc.

Trois candidats européens

D’après le Seoul Economic Daily, qui cite des sources proches du secteur, le néerlandais Damen, l’italien Fincantieri et le groupe naval français DCNS sont sur les rangs. Des noms qui avaient été largement évoqués depuis la mise en vente du groupe, mi-octobre. On ne sait cependant pas encore si des investisseurs chinois se sont manifestés, ce que craint notamment l’Etat français, actionnaire à 33 % des chantiers. Le gouvernement, qui redoute un transfert de technologies, a promis de peser dans le choix du repreneur, disposant d’une minorité de blocage.

Une prochaine réunion est prévue le 11 novembre pour donner le feu vert au projet de réhabilitation du groupe. En cas de rejet, STX risque la liquidation.