FC Nantes: Le jeu des sept ressemblances entre la saison actuelle et celle de 2008-2009

FOOTBALL Après 11 journées de L1, la saison actuelle des Canaris ressemble (étrangement) à celle de 2008-2009, qui s'était terminée par une relégation...

David Phelippeau
— 
Elie Baup, coach nantais durant la saison 2008-2009.
Elie Baup, coach nantais durant la saison 2008-2009. — EVRARD JS/SIPA

Une photographie troublante après 11 journées de L1. 20 Minutes s’est « amusé » au jeu des sept ressemblances - et non différences (qu’on aurait aussi pu trouver) - entre la saison traversée par le FC Nantes actuellement et celle de 2008-2009. Des similitudes objectives (chiffres) et plus subjectives (profil des coachs…). Pour les amoureux et supporters du club, on ne souhaite pas la même issue au soir de la 38e journée. Pour rappel, les Canaris avaient été relégués en Ligue 2 en terminant à la 19e place.

>> Un total de points similaire après 11 journées

Actuellement, les Canaris possèdent 11 points (en 11 journées), un total similaire au FCN de Baup de 2008-2009. Un nombre de points acquis bizarrement de la même façon : 3 succès, 2 nuls et 6 défaites. A la trêve de Noël, il y a huit ans, les Canaris avaient empoché 20 points.

Mariusz Stepinski face à Bastia cette saison.
Mariusz Stepinski face à Bastia cette saison. - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

>> Un classement similaire après 11 journées

A ce jour, et avant la réception de Toulouse samedi (20 h), le FC Nantes de René Girard occupe la 15e place de la Ligue 1. Même place au même stade de la compétition pour la formation d’Elie Baup.

>> Un nombre de buts inscrits similaire après 11 journées

Comme en 2008-2009, l’attaque actuelle du FC Nantes ne brille pas par son efficacité (même si c’est beaucoup mieux depuis trois ou quatre rencontres). En 11 matchs, les Canaris ont inscrit 8 buts, total identique au même stade de la compétition en 2008-2009.

>> Un recrutement contesté

Eté 2008, la direction du FC Nantes (promu en L1) mise sur un recrutement plutôt « international ». Gravgaard, Klasnic, N’Daw, Douglao, Abdoun (mais aussi les Français Alonzo et Tall) sont recrutés. Rapidement, les critiques pleuvent sur l’absence de plus-value générée par les recrues : notamment Gravgaard et Klasnic. Une étrange ressemblance avec le recrutement très contesté de Thomsen et Kacaniklic, voire à un degré moindre Stepinski, cette saison.

Michael Gravgaard, lors de son arrivée au FC Nantes, à l'été 2008.
Michael Gravgaard, lors de son arrivée au FC Nantes, à l'été 2008. - EVRARD JS/SIPA

>> Un coach renommé et expérimenté sur le banc

Cette saison, René Girard (62 ans). En 2008-2009, Elie Baup (53 ans à l’époque), qui avait remplacé Der Zakarian après trois journées. Deux coachs chevronnés et nanti d’un titre de champion de France. Deux hommes rompus à la Ligue 1.

>> Des tensions en interne

En 2008-2009, le président Waldemar Kita était entouré de nombreux collaborateurs : Christian Larièpe, Claude Robin (décédé en 2010) ou encore Pascal Praud. De nombreux conflits entre toutes ces personnes (Baup y compris) ont pollué le bon fonctionnement du club. Sans parler de la direction qui ne portait pas dans son cœur le directeur du centre de formation, Laurent Guyot et certains éducateurs.

Waldemar Kita, Elie Baup et Christian Larièpe en 2008.
Waldemar Kita, Elie Baup et Christian Larièpe en 2008. - EVRARD JS/SIPA

Cette saison, le contact est rompu depuis les dernières heures du mercato entre l’entraîneur René Girard et Franck Kita, directeur général délégué du FCN. Comme en 2008-2009, de nombreuses personnes (connues ou non) gravitent autour du président Kita. Il y a quelques semaines, René Girard, en personne, a viré du vestiaire des pros de la Jonelière José Touré, arrivé au club il y a quelques mois en tant que responsable du développement…

>> Un public de plus en plus hostile à la direction

En 2008-2009, de nombreux supporters nantais, emmenés notamment par la Brigade Loire, avaient réclamé tout au long de la saison le départ du président Waldemar Kita et de ses collaborateurs. Le 28 septembre 2008, au lendemain du claque (3-0) à Caen, des fans nantais vandalisaient la Jonelière.

Les forces de l'ordre devant la Jonelière en mai 2009.
Les forces de l'ordre devant la Jonelière en mai 2009. - JS EVRARD/SIPA

Cette saison, des chants anti-direction résonnent à nouveau dans les travées de la Beaujoire. Pour l’heure, les joueurs sont épargnés. Ce qui n’était en revanche pas le cas en 2008-2009.

>> A lire aussi : FC Nantes: La Brigade Loire s'emporte (assez violemment) contre la direction du FCN