FC Nantes: Encore une fois, Girard regrette l'absence de tauliers dans son groupe

FOOTBALL La défaite à Rennes, samedi, à la Beaujoire, a encore mis en exergue ce défaut...

David Phelippeau
— 
Grosicki inscrit le deuxième but rennais, samedi...
Grosicki inscrit le deuxième but rennais, samedi... — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

« L’égalisation tue les Nantais, on a vu tout de suite qu’ils baissaient la tête ! » Dans Ouest-France de ce lundi, le défenseur rennais   a synthétisé un des maux nantais.   perd rapidement pied quand les vents sont contraires. Samedi soir, lors du revers (1-2) contre Rennes, sur un des deux buts des « Rouge et Noir », on a bien vu   s’époumonant pour redynamiser ses troupes, mais il semblait bien seul…

« On ne peut pas dire qu’on en ait beaucoup [de leaders], a encore une fois regretté, ce lundi midi, en marge de la conférence de presse sur . Après, il y a le leader sur le terrain, le leader par la parole dans le vestiaire… On en a dans certains domaines, mais pas partout. Ce n’est pas dramatique, mais ça peut apporter un plus quand c’est difficile. »

Riou et….. personne d’autre ?

A 62 ans, et après 25 années passées à la tête de différentes équipes, Girard reconnaît que cette situation est « une surprise » : « C’est rare de ne pas avoir un ou deux leaders qui se dégagent sur 25 personnes. »

Sur le terrain, seul Riou (29 ans), le capitaine, semble parfois secouer le cocotier comme entraperçu samedi. « Il le fait un peu », selon le coach.  (32 ans) a du mal à forcer sa nature. « Il pourrait être un meneur d’hommes, mais ce n’est pas dans sa nature, expliquait le coach mi-septembre. Il est généreux dans l’effort. C’est un leader dans le jeu mais ce n’est pas un garçon qui rameute… »

Aucune recrue ne peut endosser ce statut de leader

Cet été, lors du mercato, les responsables du club nantais (staff technique, direction et cellule de recrutement) avaient tout le loisir de « corriger » cette absence de tauliers, qui est un défaut soulevé depuis plusieurs saisons.

Le profil de joueurs recrutés cet été (méconnaissance de la L1, barrière de la langue, jeunesse, manque de personnalité…) n’a absolument pas pallié ce souci…