Notre-Dame-des-Landes: De nouveaux recours, cette fois pour sauver le campagnol amphibie

PROJET D'AEROPORT Les opposants ont annoncé avoir saisi une nouvelle fois le tribunal administratif...

J.U.

— 

Un campagnol amphibie.
Un campagnol amphibie. — David Perez/wikimediacommons

Chose promise, chose due. Les opposants au transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes viennent d’annoncer qu’ils avaient déposé de nouveaux recours devant le tribunal administratif de Nantes. Ceux-ci visent cette fois à sauver le campagnol amphibie, ce petit rongeur devenu l’un des symboles de la biodiversité menacée par le projet. Il y a un mois, le préfet avait en effet publié un arrêté autorisant sa destruction. Et permettant ainsi le démarrage des travaux sur le site.

>> A lire aussi : On a interrogé le spécialiste du campagnol amphibie, cet animal menacé par l'aéroport

Les recours ne sont pas « épuisés », tonnent les opposants

Alors qu’un accord politique scellé en 2014 avant les municipales entre le PS et les Verts prévoyait un gel des travaux jusqu’à l’épuisement des recours, le collectif des juristes et avocats opposés à l’aéroport rappelle que les recours relatifs à ce projet ne sont pas « épuisés ». « Le temps du droit dans cette affaire n’est aucunement passé, comme vous le laissez entendre », écrit le groupe dans une lettre adressée au Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas.

Le 7 novembre prochain, 17 recours environnementaux seront examinés en appel. Ils avaient été rejetés en juillet 2015. Aucun n’est suspensif.