Nantes-Rezé: Bagarre, chaussures oubliées, larmes, bijoux... Rose raconte la décennie du NRM

VOLLEY Le Nantes Rezé Métropole volley (Ligue A) fête ses dix ans d'existence, son président ouvre sa boîte à souvenirs...

David Phelippeau

— 

Thierry Rose, président du Nantes Rezé Métropole.
Thierry Rose, président du Nantes Rezé Métropole. — FABRICE ELSNER/20MINUTES

J’ai dix ans… Samedi prochain, à Dugast, le Nantes Rezé Métropole joue une rencontre de préparation au championnat de Ligue A (qui débute le 20 octobre) contre Tours. Un match de gala pour fêter un événement : les dix ans du NRMV. Le club fut en effet créé durant l’été 2006, il résulte à l’époque de la création de l’union de groupements sportifs (UGS) entre Léo-Lagrange et ASB Rezé. Pierre Belleil (Léo-Lagrange) et Thierry Rose (ASBR) ont co-présidé cette UGS jusqu’en 2012.

>> A lire aussi : Rose-Belleil, deux hommes et un coup fin

A partir de cette année-là, le second s’est retrouvé seul aux commandes. Ce dernier raconte pour 20 Minutes son NRM, club passé de la N2 à la Ligue A en dix ans.

Son meilleur souvenir. « En 2010, le titre de champion de France de Pro B à Cambrai. On avait besoin de deux sets pour l’obtenir. Après un super point de Moussa, le temps s’est arrêté. Je suis parti dans le vestiaire appeler certains dirigeants restés à Nantes. On a fêté ça dans la salle puis on est allés dîner avec les joueurs en ville. J’avais fait un discours de félicitations… On était rentrés dans la nuit à Nantes et à 7 h 30, on achetait tous Ouest-France qui avait réalisé un reportage sur cet exploit. »

>> A lire aussi : Le NRM à sa place parmi les grands

Son plus mauvais souvenir. « La saison 2014-2015 dans son ensemble. Le maintien sur le dernier match contre Paris. On a tenté plein de techniques de management : travail de groupe, psychologie… L’équipe n’a jamais démarré. On a eu chaud. »

>> A lire aussi : Nantes Rezé: Le NRM sauve sa peau en Ligue A!

Sa plus grande joie. « Notre première victoire (3-2) contre Tours, lors de notre deuxième saison parmi l’élite (2011-2012). Tours, c’est un club mythique. La salle de Dugast était bondée. On s’était mis en mode commando. Il y avait Linz, Lavagne ou encore Halilovic dans notre équipe. »

Les joueurs du NRVM, RezŽ MŽtrople volley, lors d'un match de championnat, le 6 mars 2012. Le joueur Julien Lavagne.
Les joueurs du NRVM, RezŽ MŽtrople volley, lors d'un match de championnat, le 6 mars 2012. Le joueur Julien Lavagne. - Fabrice Elsner/20 Minutes

Son joueur. « C’est un moment avec un joueur qui m’a marqué. A Saint-Nazaire, en janvier 2014, Stefan Chrtiansky, notre attaquant-réceptionneur slovaque, se blesse très gravement au genou. J’ai passé le reste du match avec lui pour le rassurer. Il était en larmes à côté des pompiers. Il a appelé son père pour lui annoncer la nouvelle et, tout de suite, il s’est projeté sur la suite. Il se rendait compte que la parenthèse allait être longue. Et dire que cette année-là, on est allés en demi-finale de la Coupe d’Europe [Challenge Cup] sans lui ! »

NANTES, le 15/10/2013,Stefan CHRTIANSKY joueur au NRM
NANTES, le 15/10/2013,Stefan CHRTIANSKY joueur au NRM - FABRICE ELSNER/20MINUTES

Son homme. « Ce n’est pas facile de choisir car j’ai rencontré beaucoup de gens formidables en dix ans. Mais, je retiens quand même Dominique Amans [manager général du NRM]. Il respire le volley et vit le club à fond. C’est mon relais et celui du coach Martin Demar. »

Son match. Les deux rencontres [aller et retour] en Coupe d’Europe contre les Russes de Novy Urengoy en décembre 2013. A l’aller, en Sibérie, on perd 3-2 alors qu’on menait 0-2. Les joueurs ont dû attendre ensuite des heures et des heures à l’aéroport [48 heures pour rentrer à cause d’un problème de visas expirés]. Au retour, je me souviens de la venue du président du club russe, accompagné de son fils et de sa femme qui avait des bijoux partout. Ils étaient allés faire les boutiques à la Baule avant le match. J’avais voulu parler avec le président, mais il ne décrochait pas un mot d’anglais. On gagne 3-1 et élimine les Russes. »

Son moment. « Ce fut un moment de plaisir. On est en 2009. J’étais chez moi. J’ai appelé Martin Demar [entraîneur actuel] qui était chez lui en République Tchèque pour lui annoncer qu’on lui faisait une proposition pour venir entraîner le NRM. Je lui avais rendu visite peu de temps avant, je l’imaginais donc dans sa maison au cœur des montagnes. Il était tout excité. J’ai dit à ma femme : "Je viens de faire un heureux !". »

Les joueurs de Martin Demar.
Les joueurs de Martin Demar. - F. Elsner / 20minutes

Son image. « Il y a eu une bagarre générale entre Turcs [de Galatasaray et Fenerbahce] dans la tribune de Dugast pendant la demi-finale de Challenge Cup entre le NRM et Fenerbahce en mars 2014. L’image ? C’est l’immense joueur Miljkovic qui s’arrête de jouer, se met à côté d’un poteau du filet et s’assoit par terre. Il semblait dire : "Moi, je m’arrête car vous faites vraiment les cons !". »

Son anecdote. « L’an dernier, lors d’un match important pour nous, 45 minutes avant le début de la rencontre, un des joueurs adverses me dit : "J’ai laissé ma paire de chaussures dans la salle de collation à l’hôtel ! Avez-vous une solution ?". J’ai appelé mes beaux-parents, ils sont passés à l’hôtel chercher les chaussures. Le joueur les a eues juste avant la validation de la feuille de match. Pour l’anecdote, ce dernier a signé cette saison chez nous… (rires) »

>> A lire aussi : Demi, pas la moitié d'un coach