La tribune Loire lors de Nantes-Bastia.
La tribune Loire lors de Nantes-Bastia. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

FOOTBALL

FC Nantes: La Brigade Loire s'emporte (assez violemment) contre la direction du FCN

Le groupe de supporters nantais a souhaité répondre aux accusations du club qui le visait après FC Nantes-Bastia d’il y a une dizaine de jours…

La réponse de la Brigade Loire est cinglante. Rappel des faits : la semaine dernière, après le succès (1-0) du FC Nantes contre Bastia, le club, dans un communiqué publié sur le site officiel, avait (logiquement) condamné certains débordements qui avaient émaillé la soirée.

>> A lire aussi : Les Canaris respirent encore et s'offrent un premier succès à la Beaujoire face à Bastia

Le FC Nantes avait condamné certains agissements avant FCN-Bastia

« En marge de cette victoire, plusieurs dizaines d’individus se réclamant du groupe Brigade Loire se sont manifestés en avant match, à l’arrivée des joueurs, pour insulter et menacer la direction du FC Nantes et les joueurs, indiquait le communiqué. Dans le prolongement de ces actes, d’autres salariés du club ont été à leur tour pris à partie. En fin de match, certains individus ont tenté de s’introduire dans un chapiteau réservé aux abonnés Océane et ont dégradé un véhicule exposé dans l’enceinte du Stade, appartenant à un sponsor historique du club. » Le FCN précisait qu’il se réservait le droit « de saisir la justice de ces agissements et de poursuivre leurs auteurs ».

La BL ne se laisse pas faire

Ce lundi, la Brigade Loire a répondu sans prendre de gants à la direction du FC Nantes. « Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir que nous avions, au cours de la même soirée, pris à partie, menacé ou tenté d’agresser joueurs, dirigeants, salariés et partenaires du club, explique la BL. Il semblerait que vous ayez fait le choix de jeter l’opprobre sur notre groupe afin de lui faire perdre une crédibilité que vous n’avez plus, et ainsi diluer la légitime colère qui émane des tribunes à l’encontre de la direction du club. »

>> A lire aussi : Une centaine de supporters nantais en colère contre les tarifs d'abonnement manifestent devant la Jonelière

La BL « démonte » les accusations du FCN

La BL poursuit : « La colère monte à l’encontre de certains dirigeants et salariés du club, et bien au-delà de notre simple groupe. […] Aujourd’hui, nombreux sont les supporters excédés de vos errances, de l’instabilité qui règne au sein du FCN, de ce stade désespérément vide qui ne semble pas vous inquiéter outre mesure… C’est d’ailleurs sur ce dernier sujet que nous avons interpellé, en avant-match, Jean-Christophe Coste, directeur des ventes du FCN, devant la tribune Loire. Une discussion de cinq minutes, que vous semblez qualifier de "prise à partie d’autres salariés du club". Aussi risible que de ne savoir répondre autre chose que "il ont poussé la police" [le président Kita avait déclaré cette phrase sur Canal + le soir du match] lorsqu’on est interrogé sur la colère s’étant manifestée à l’arrivée du car du club au stade. »

La BL soutient l’équipe et le staff

La BL explique qu’elle n’a « aucun grief ni contre l’immense majorité des salariés du FCN, qui sont de véritables amoureux du club, ni contre son équipe ou contre le staff, ni contre les partenaires du FCN ».

Le groupe d’aficionados dément avoir tenté de pénétrer dans un chapiteau et avoir dégradé un véhicule sponsor. « Vouloir transformer un excès d’euphorie d’après-match en tentative d’intrusion et de dégradation, en sous-entendant de belliqueuses intentions à l’encontre d’un sponsor, est fort dommageable pour la crédibilité de votre discours ».

>> A lire aussi : «Du dégoût, de voir que le club fait les choses à l'envers», estime le capo de la Brigade Loire

« N’oubliez jamais que les supporters que vous voulez marginaliser font l’image positive du club, quand la direction l’entache par des frasques qui nous ridiculisent et enfoncent un peu plus le FC Nantes », cingle le groupe de supporters.

Enfin, la BL précise qu’elle aurait pu (elle aussi) « menacer le FCN de poursuites judiciaires pour diffamation publique » et elle appelle la direction à « une profonde remise en question de [sa] gestion du club ».