Nantes: Des inquiétudes après l'annonce du retard du futur CHU

SANTE La livraison de l'équipement est prévue sur une seule et même phase à partir de 2026...

Julie Urbach
— 
Le toit du plateau technique, au centre du site hospitalier.
Le toit du plateau technique, au centre du site hospitalier. — ©Bloom for Art&Build-Pargade

La décision semble avoir surpris beaucoup de monde. Mardi dernier, on a appris qu’il faudra patienter trois ans de plus pour que le nouveau CHU sur l’île de Nantes soit mis en service. Alors que la première partie de l’hôpital devait ouvrir dès 2023 (court séjour adulte), la livraison de l’équipement n’est désormais prévue que sur une seule et même phase à partir de 2026. « Cette décision a été prise de façon soudaine et c’est ce qui la rend inquiétante », commente Vincent Mével, secrétaire de la section CFDT du CHU.

>> A lire aussi : A quoi ressemblera le nouveau CHU construit sur l'île de Nantes

Selon Johanna Rolland, présidence du conseil de surveillance du CHU, ce retard de calendrier a été décidé après un souhait exprimé par la communauté médicale. « Une partie d’entre elle était inquiète quant à l’impact des deux phases sur leur travail au quotidien », a-t-elle indiqué.

« On est déjà dans un éloignement des sites, avec Laennec à Saint-Herblain, s’étonne Vincent Mével. Trois ans de plus, ça n’aurait pas été insurmontable. » « L’hôpital nord se détériore du point de vue de l’accueil, les patients vont devoir subir cela encore plus longtemps », se désole Sylvie Moisan, de Force Ouvrière. L’opposition municipale (élus de la droite ou du centre) dénonce « un pas en arrière ou la démonstration d’un entêtement politique ».

Trouver les financements

Selon ces syndicats, ce délai permettrait en réalité de donner du temps au CHU de trouver les financements nécessaires. Alors que la CFDT avait calculé l’an dernier que l’hôpital avait encore 300 millions d’euros de ressources propres à trouver, quelque 21 millions d’euros pourraient être économisés, notamment en logisitique, si l’on attend 2026, a indiqué Johanna Rolland. « On ne savait pas qu’une enquête était en cours, indique Vincent Mével. Pourquoi ces économies n’avaient-elles pas été étudiées avant ? »

>> A lire aussi : Que deviendront les bâtiments actuels du CHU après 2023?

Une dernière explication de ce changement de calendrier pourrait résider autour de la libération des terrains, actuellement occupés par le Marché d’intérêt national (MIN). « Il semble qu’il y ait aussi du retard à propos des travaux du MIN, complète Sylvie Moisan. Ce projet a déjà eu deux années de retard. Deux de plus, ce n’est quand même pas rien ! »