Nantes: Une nouvelle étape pour la transformation des Dervallières

URBANISME Après une phase de rénovation, un projet plus «humain» pour le quartier a été lancé mardi soir par la ville...

Julie Urbach

— 

Le quartier des Dervallières, à Nantes
Le quartier des Dervallières, à Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes

C’est « une nouvelle étape ». Mardi soir, plusieurs dizaines d’habitants se sont réunis à la maison de quartier des Dervallières pour le lancement du projet qui doit achever la transformation de ce secteur de l’ouest de Nantes (5.200 habitants), qui souffre encore d’une mauvaise image.

Alors que depuis plusieurs années, les démolitions, constructions et requalifications de logements et équipements vont bon train, sur la partie basse du secteur, une démarche bien plus vaste que celle de la simple rénovation urbaine a été présentée.

Une liste de points noirs

« Il y a un vrai enjeu de relier les parties haute et basse du quartier, et valoriser le parc, admet Myriam Naël, adjointe à la politique de la ville. Mais nous devons aussi parler de l’humain : éducation, espaces publics, numérique, emploi… » Les Dervallières font partie des 100 quartiers les plus pauvres de France, avec un nombre important de familles monoparentales et un taux de chômage bien plus haut que la moyenne nantaise.

Pour mener à bien ce projet qui durera dix ans, une équipe d’urbanistes travaillera avec deux associations historiques du quartier, pour impliquer les habitants. Un premier diagnostic, réfléchi depuis trois mois, a permis de lister des points noirs : « Il y a beaucoup d’espaces extérieurs qui sont à animer », expliquent les représentants du groupement Interland, qui notent aussi des problèmes de stationnement. Un travail sera mené pour améliorer l’orientation dans le quartier et rendre les équipements plus lisibles. La question des encombrants fait aussi beaucoup parler.

Certains se sentent délaissés

La maire (PS) Johanna Rolland a, quant à elle, promis d’agir « avec fermeté » sur la question de la sécurité, et a annoncé l’ouverture d’un supermarché Aldi en septembre 2017, alors que les habitants disent manquer cruellement de commerces. En dix ans, 400 logements ont été construits. Plus de 700, dont ceux de l’emblématique immeuble Watteau, ont été requalifiés et de nouvelles structures comme le pôle Sequoia ou la maison de quartier sont sorties de terre.

Pour autant, certains habitants se sentent encore délaissés. « On nous a déjà demandé de témoigner, de faire part de nos envies, mais on ne voit pas vraiment le résultat », se désole l’un d’entre eux. « On nous dit que l’on veut développer la mixité sociale mais est-elle vraiment réelle dans les écoles ?, s’interroge une dame. Il y a des nouveaux venus, certes, mais ils envoient leurs enfants dans le privé… »

>> A lire aussi : Un grand projet pour relancer le quartier Bellevue à Nantes

Trois autres projets pour les quartiers

En plus des Dervallières, trois autres projets sont menés sur des quartiers nantais, retenus l’an dernier par l’agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) : le grand Bellevue, Nantes-nord et Bottière Pin sec. Des changements sont attendus dès l’an prochain avec des requalifications de logements à Bouts-des-Landes pour les quartiers nord, ou encore la démolition du petit centre commercial, à bout de souffle, à Bottière.