Nantes: Le nouveau CHU ouvrira en 2026 et non plus en 2023

SANTE La première phase de l'hôpital sera livrée avec trois ans de retard sur l'île de Nantes...

Frédéric Brenon

— 

Image de synthèse des urgences du nouveau CHU de Nantes.
Image de synthèse des urgences du nouveau CHU de Nantes. — ©Quick it for Art&Build-Pargade

Il faudra patienter trois ans de plus pour assister à la mise en service du nouveau CHU sur l’île de Nantes. Alors que la première partie du nouvel hôpital devait ouvrir dès 2023 (court séjour adulte) et sa seconde partie en 2025 ( pôle mère-enfant et le Samu-Smur), la livraison n’est désormais prévue que sur une seule et même phase à partir de 2026, annoncent ce mardi Nantes métropole, la Samoa et le CHU de Nantes. Ce nouveau calendrier a été validé par la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

« La réalisation des travaux en une phase unique facilite la faisabilité technique du déménagement des sites et garantit, tout au long de l’opération, la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients. Elle respecte l’équilibre médico-économique global du projet en réduisant significativement les délais de construction », justifient les acteurs.

Le tramway sur l’île de Nantes retardé lui aussi ?

Le site qui doit accueillir le CHU, en bord de Loire, à deux pas du pied des Trois-Continents, sera libéré en 2020. Le Marché d’intérêt national (MIN) aura alors déménagé à la porte de Rezé. L’imposante Fabrique de glace, quant à elle, est déjà en cours de démolition.

Ce décalage de trois ans aura peut-être aussi des conséquences sur la desserte en transports en commun de l’île de Nantes. Une nouvelle ligne de site propre était en effet annoncée pour l’ouverture du site hospitalier en 2023.

Le nouveau CHU vise à regrouper les sites hospitaliers Hôtel-Dieu et Laënnec. Les activités de recherche et de formation universitaire doivent également s'implanter sur ce quartier de l'île de Nantes.

Le coût du nouvel hôpital est estimé à un milliard d'euros. L'Etat a garantit une participation à hauteur de 225 millions d'euros.