FC Nantes: «On sentait que c'était particulier avant même le match...», raconte Adrien Thomasson

FOOTBALL Le FC Nantes, vainqueur (1-0) de Bastia, a vécu une soirée électrique...

David Phelippeau

— 

Le soulagement des Nantais à la fin du match.
Le soulagement des Nantais à la fin du match. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

L’arrivée du bus des joueurs à la Beaujoire a donné le ton à la soirée. Deux heures avant le coup d’envoi de Nantes-Bastia, une trentaine de supporters a chahuté de manière véhémente le président Kita. Des chants contre la direction ont résonné très fort et ont fait monter la tension, qui était déjà très élévée avant même la rencontre. « On a senti cette semaine que c’était chaud pour tout le monde, explique le milieu de terrain Guillaume Gillet, toujours très lucide. Les supporters nous attendaient de pied ferme. On a répondu sur le terrain. On a fait ce que tout le monde attendait de nous. »

Changement de trajet pour le bus avant le match

Un peu plus tôt dans la journée, les Canaris ont compris qu’ils n’allaient pas jouer un match comme les autres. « On sentait que c’était particulier avant même le match, notre bus n’a pas pris le trajet habituel pour venir au stade [pour éviter une embuscade en route?] », raconte Adrien Thomasson. « Certains supporters étaient énervés, fâchés mais dès que les lions sont entrés dans l’arène, ils étaient chauds pour nous encourager, poursuit Gillet. Nous, on a su rester lucides et on n’est pas tombés dans le piège de s’énerver. On a remporté un match alors qu’on était dos au mur. »

>> A lire aussi : FC Nantes-Bastia: Les Canaris respirent encore et s'offrent un premier succès à la Beaujoire

Le kop Loire n’a cessé de soutenir son équipe, avec sporadiquement, quelques chants peu amènes vis-à-vis du président Kita. « C’est le point positif, ce soir, c’est que les supporters ont fait leur boulot, c’est aussi leur victoire ce soir ! », conclut le milieu de terrain belge, en référence aux encouragements permanents d'un stade garni par un peu plus de 20 000 spectateurs.

>> A lire aussi : FC Nantes: C'est le coach qui le dit, les Canaris manquent «de personnalité»