Nantes: La vidéoprotection arrive

SECURITE La ville de Nantes vient d'annoncer le déploiement prochain de la vidéosurveillance...

Julie Urbach

— 

Illustration camera et zone de videosurveillance dans le centre ville de Toulouse.
Illustration camera et zone de videosurveillance dans le centre ville de Toulouse. — A. GELEBART / 20 MINUTES

C’est une étape supplémentaire en matière de sécurité. La ville de Nantes vient d’annoncer ce mercredi avoir lancé une étude préalable auprès de partenaires privés pour la mise en place de la vidéoprotection dans l’agglomération. En plus de la cité des Ducs, huit communes participent à la démarche: Rezé, Saint-Herblain, Bouguenais, Sainte-Luce, Saint-Sébastien, Vertou, Carquefou et Thouaré.

Jusqu’alors une promesse de campagne, souvent réclamée par l’opposition, la mise en place de la vidéoprotection devrait donc se faire courant 2017. « Ce n’est pas un outil miracle, mais il est complémentaire, indique Gilles Nicolas, adjoint à la sécurité. Les caméras seront installées dans des lieux d’insécurité qui sont aussi des lieux de vie, comme un jardin ou un pôle commercial. Il n’y en aura pas partout, mais pas uniquement en centre-ville. »

L’élu n’a pas encore donné de détail sur le nombre d’appareils mais a déjà annoncé qu’un système de vidéo mobile (des caméras placées discrètement) sera aussi utilisé. « C’est difficile de porter plainte. Les caméras vont redonner de la confiance aux plus faibles, quand parfois il est difficile d’apporter la preuve de quelque chose », juge Gilles Nicolas. Il a assuré que la métropole en fera une utilisation « éthique ».

La Maison de la tranquillité prend du retard

Une annonce qui intervient alors que les travaux de la Maison de la tranquillité, qui devrait ouvrir ses portes à l’automne à la Manufacture des tabacs, ont quant à eux pris du retard. « Nous avons découvert de problèmes dans le bâtiment, regrette Gilles Nicolas. Mais le projet ne va pas s’arrêter. » Concrètement, l’accueil physique du public ne sera pas assuré comme prévu mais les nouveaux services (accueil téléphonique, espace Internet, système de suivi individualisé…) seront tout de même lancés en février 2017, un peu plus tard que prévu.

>> A lire aussi : Nantes va se doter d'une police de proximité et recruter 20 agents

Parmi les autres dispositifs, comme prévu, le recrutement de 20 nouveaux policiers municipaux est en cours. Ils assureront des missions de proximité (stationnement, conflits de voisinage…) et auront avant à formaliser de nouveaux parcours d’îlotage, au-delà du centre-ville, où ils effectueront des patrouilles. Ils ne seront toujours pas armés mais leur protection sera renforcée grâce à « des gilets pare-balles plus performants et un système, déjà existant, de vidéolocalisation des agents », précise Gilles Nicolas.