FC Nantes: « Est-ce qu’on va laisser du temps au coach ? Je n’en suis pas persuadé », estime Quint

INTERVIEW L’ancien joueur du FC Nantes, désormais consultant radio sur France Bleu Loire Océan, tente d’analyser le début de saison calamiteux des Canaris…

David Phelippeau

— 

L'ancien joueur Olivier Quint.
L'ancien joueur Olivier Quint. — Olivier Quint

Il ne manque souvent pas une miette des matchs des Canaris. Olivier Quint, l’ancien joueur du FCN (2001-2006), consultant radio sur France Bleu Loire Océan, livre son analyse du début de saison des Canaris (18es de L1) et estime qu’il faut laisser du temps au technicien en place René Girard

>> A lire aussi : Les cinq plus grosses crises chez les Canaris depuis 2001

Samedi, Nantes accueille Bastia à la Beaujoire (20 h). Ça peut être la der de René Girard ?

Quand on lit tout ce qui est annoncé, on peut penser qu’en cas de défaite Girard sera licencié. Mais, seul le président détient la vérité. Je pense que ça serait une erreur de le virer aussi tôt. Après, a-t-il toujours l’adhésion de son groupe ? Tire-t-il le maximum de ses joueurs ? Moi, je ne suis pas persuadé que certains joueurs soient encore intégrés à 100 %. Vu qu’il y a beaucoup de joueurs étrangers, ça demande un laps de temps supplémentaire pour bien les intégrer.

>> A lire aussi : «Tu ne régénères pas un groupe en vendant tous tes meilleurs joueurs», regrette Olivier Quint

Il y a un an à la même époque, on déplorait le manque de vitesse sur les côtés. Le constat est encore le même aujourd’hui ?

Pourtant, le profil des joueurs c’était ça : amener de la vitesse sur les côtés avec Kacaniklic et Thomsen. Pour l’instant, ce n’est pas ce qu’on espérait. Moi, je pense qu’il faut attendre et être indulgent avec ces deux joueurs-là. On ne peut pas être performant dans un nouveau club, un nouveau championnat, avec une nouvelle langue au bout de sept matchs, c’est impossible. Maintenant, le club a besoin de points et quand on ne peut pas virer vingt joueurs, on vire un entraîneur, c’est aussi simple que ça.

Pourquoi le FCN recrute-il quasiment toujours à l’étranger ?

C’est la philosophie du club maintenant. Elle est un peu nouvelle. A mon époque [début des années 2000], les dirigeants allaient chercher un ou deux joueurs étrangers confirmés comme Moldovan, Fabri ou Yepes. Avec eux, il n’y avait pas de problème de niveau, on le connaissait. Là, ces étrangers, on les connaissait mal. En plus, Nantes en a pris quatre ou cinq d’un coup. Il y a certainement des joueurs en France qui ont le même niveau ou sont même plus forts qui auraient pu s’acclimater beaucoup plus rapidement.

>> A lire aussi : Mickaël Landreau se paie le recrutement nantais

Le recrutement du voisin angevin est davantage basé sur des joueurs de L2…

C’est une autre philosophie. Angers fait avec des moyens limités, leur politique c’est donc d’aller chercher des éléments dans des divisions inférieures. Ça leur a plutôt réussi la saison passée, et ça peut encore leur réussir cette année. Je ne sais pas pourquoi le FCN recrute toujours à l’étranger, il faudra poser cette question au président et à la cellule de recrutement.

De manière plus générale, qu’est ce qui cloche depuis le début de la saison ?

L’aspect défensif m’inquiète. Nantes était très solide les années précédentes et quand ils n’arrivaient pas à gagner un match, ils ne le perdaient pas. Ils prenaient très peu de buts. Depuis le début de la saison, ils ont encaissé trois buts contre Metz, puis deux contre l’OM. Dans ce dernier match, ils ont concédé énormément d’occasions. Quand tu es solide, tu peux voyager. Avec Der Zakarian, ils voyageaient et prenaient des points. Là, tu ne marques pas et tu sais que tu n’es pas l’abri de prendre un but.

>> A lire aussi : René Girard est-il encore l'homme de la situation?

Peu de joueurs connaissent la Ligue 1. Cette méconnaissance est-elle aussi une explication à ce très mauvais début de saison ?

C’est un ensemble qui a du mal à se trouver, mais ça reste normal vu le nombre de jeunes joueurs et de nouveaux. Il faut du temps. Est-ce qu’on va laisser le temps à l’entraîneur de mettre en place son système et ses idées ? Je n’en suis pas persuadé. Il n’y a pas le feu, il n’y a que 7 matchs. Nantes ne jouera pas l’Europe. Le top 10 va être compliqué, mais cette équipe a largement les moyens de s’en sortir.