Nantes: La première aire de «street workout» a trouvé ses adeptes

MUSCULATION L'équipement, situé sur l'île de Nantes, est accessible depuis samedi...

Julie Urbach
— 
L'aire de street work out sur l'île de Nantes
L'aire de street work out sur l'île de Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes

Les adeptes de la musculation de rue ont enfin, depuis ce week-end, leur lieu dédié. La première aire de « street workout » située sur l’île de Nantes, a été inaugurée officiellement samedi. Accessible à tous, dès l’âge de 14 ans, elle est située sur le boulevard Georges-Pompidou, au niveau de la rue du Cherche-midi, non loin de l’Hôtel de région. Elle comporte quatre barres de traction, deux échelles, trois barres parallèles, une barre au sol, une barre à drapeau, deux paires d’anneau et un banc à abdos.

>> A lire aussi : Le gros succès de Body Art, l'association qui fait de vous un véritable athlète de rue

Ce dimanche, plusieurs fans de la discipline mais aussi de nombreux enfants (l'accès leur est normalement interdit) avaient investi les lieux. « C’est un terrain vraiment complet, se félicite Fabrice Lion, le gérant de Kenguru, l’entreprise qui a conçu et posé l’équipement. Il est accessible à tout le monde, aux personnes à mobilité réduite, mais aussi à la gent féminine, notamment avec une barre de pole dance. » « On peut enchaîner toutes les figures que l'on veut, jubile Silvain, coach sportif qui habite Nantes depuis quelques semaine seulement. C'est presque le meilleur terrain que j'ai jamais vu.» 

Une demande des jeunes du quartier Beaulieu

Venu des Etats-Unis, le « street workout » est de plus en plus populaire dans les villes européennes. Si Mulhouse, Rennes, ou la région parisienne disposaient déjà d’équipements de ce type (il y aurait environ 70 terrains en France), la mairie de Nantes a imaginé cet équipement en lien avec des jeunes du quartier Beaulieu et des associations d’athlètes de rue. Plus généralement la collectivité a d’ailleurs engagé une démarche de co-construction ( #Nantesterraindejeu) avec les habitants pour imaginer une nouvelle politique publique des pratiques sportives libres.

>> A lire aussi : La première salle de France spécialement dédiée au parkour a ouvert à Nantes