FC Nantes: Quatre supporters nantais agressés à Marseille dimanche

FAITS DIVERS Les fans nantais, qui appartenaient au groupe «Esprit Canari», ont porté plainte...

David Phelippeau et Christine Laemmel, à Marseille

— 

NANTES, le 25/08/2013 Les supporters du FC Nantes lors du match FCN PSG
NANTES, le 25/08/2013 Les supporters du FC Nantes lors du match FCN PSG — Fabrice Elsner

Quatre supporters du FC Nantes, du groupe « Esprit Canari », ont été agressés physiquement par une quinzaine d’individus, sur le Vieux-Port de Marseille, dimanche, cinq heures avant la rencontre OM-FCN. Une enquête de police a été ouverte et les quatre fans ont porté plainte au commissariat de Marseille. Deux des agresseurs ont été identifiés grâce à la vidéosurveillance et interpellés en fin de journée aux abords du stade Vélodrome, selon la préfecture de police de Marseille.

>> A lire aussi : Après OM-Nantes, René Girard accuse l’arbitrage et pense que Nantes «va gagner beaucoup de matchs»

Les Nantais n’avaient aucun signe distinctif

Les supporters nantais étaient arrivés le midi dans la cité phocéenne par un train en provenance de Paris. Ils ont décidé de boire un verre dans un bar sur le Vieux-Port. Précision d’importance (apportée par un des individus agressés et confirmée par le FC Nantes) : les quatre jeunes hommes n’avaient aucun signe distinctif (pas d’écharpes, de maillots nantais…).

« J’ai vu un ami au sol… »

Subitement, une quinzaine de personnes, « se prévalant supporters marseillais », selon un communiqué publié par « Esprit Canari », a débarqué à la terrasse du café et s’est emparée d’un sac à dos qui contenait des effets personnels (écharpes, bâche…). Les quatre aficionados nantais ont été frappés.

>> A lire aussi : Un souci au cœur retarde la signature de Charles N'Zogbia au FC Nantes

« J’ai vu un ami au sol, on lui portait des coups violents, raconte un des quatre individus agressés. On est choqués. Ça fait froid dans le dos. Tout cela pour du foot ! Certains d’entre nous peuvent avoir envie de faire une pause et de renoncer à certains déplacements après ce qu’il s’est passé dimanche. » Un des quatre jeunes hommes agressés a reçu une interruption temporaire de travail.