Nantes: Choisissez les noms des deux petits dauphins nés à Planète sauvage

NATURE Un vote est organisé sur la page Facebook du parc animalier de Port-Saint-Père, depuis ce jeudi...

F.B.

— 

L'un des deux delphineaux nés à Planète sauvage, ici accompagné de sa mère.
L'un des deux delphineaux nés à Planète sauvage, ici accompagné de sa mère. — Planète sauvage

La cité marine du parc animalier Planète sauvage, à Port-Saint-Père, vient d’accueillir deux nouveaux pensionnaires. Amtan et Parel, deux femelles dauphins âgées respectivement de 15 et de 8 ans, ont chacune donné naissance à un delphineau, le 28 août et le 14 septembre, annonce la direction du parc.

Les deux petits, qui pesaient pèsent à la naissance environ 12 à 15 kilos, se portent bien. Régulièrement allaités par leurs mères, ils prennent très rapidement du poids. Il leur faudra toutefois une douzaine d’années pour atteindre leur taille adulte.

Le parc animalier propose au grand public, depuis ce jeudi, de participer au choix des noms des deux nouveaux-nés. Des propositions ont été faites sur la page Facebook du parc: pour le premier petit, les internautes peuvent choisir entre Kuuma (mordant), Kovu (cicatrice), Amani (paix) et Tembo (grosse tempête). Pour le deuxième, sont proposés Nweka (qui décide), Kokou (mercredi), Paki (celui qui prend), Nouma (élégance).

Très vulnérable les premières semaines

« Une double naissance de dauphins, c’est pour nous exceptionnel, observe la direction de Planète sauvage. On reste toutefois très vigilants car les premières semaines de vie le delphineau est très vulnérable et dépendant de sa mère. »

Cette dernière ne le laisse pas s’éloigner, même de quelques mètres car il n’a pas la force de nager seul très longtemps. « Pour l’aider, sa mère creusera un peu son flanc et créera un effet d’aspiration qui collera le petit contre elle sans qu’il n’est à faire aucun mouvement. Il peut ainsi dormir, tout en continuant à se déplacer. »

Ouverte en 2009, la cité marine de Planète sauvage possède sept grands dauphins. En août 2015, le parc avait déjà enregistré la naissance d’un delphineau. Mais celui-ci avait trouvé la mort au bout d’une quinzaine de jours après avoir reçu un coup fatal porté par une femelle.