Nantes: C'est signé, une partie de la caserne de la Mitrie va accueillir des logements

URBANISME Quelque 400 logements vont sortir de terre d’ici 2019 sur cette parcelle située entre les rues d’Allonville et de la Mitrie…

Julie Urbach

— 

Localisation du site des docs de la Mitrie Lancer le diaporama
Localisation du site des docs de la Mitrie — Google Earth

C’est désormais officiel : une partie de la caserne Richemont, les « docks de la Mitrie » situés entre les rues d’Allonville et de la Mitrie, sera bientôt habitée. Le site, principalement composé de vieux hangars de l’armée, vient d’être vendu par l’Etat à deux promoteurs immobiliers. Ces derniers (Lamotte et Atréalis) prévoient d’y construire entre 350 et 400 logements, dont environ le quart de logements sociaux. Les travaux de démolition devraient commencer d’ici quelques semaines.

Les premières livraisons sont attendues en 2019. Sur place, les habitants trouveront « un espace aéré et végétalisé », 450 places de parkings (dont 350 en sous-sol) mais aussi une nouvelle voie de circulation douce, qui reliera la rue de la Mitrie et la rue d’Allonville. Des services et commerces sont aussi attendus. « Une ancienne halle va être préservée, et un appel à projets a été lancé, expliquent les promoteurs. On peut imaginer un loft, l’arrivée de start-up, une salle de sport… »

Le projet architectural des docks de la Mitrie
Le projet architectural des docks de la Mitrie - Lamotte Atréalis

Une nouvelle place

Le site fait face à l’ancienne caserne Mellinet, où un important projet immobilier (1.700 logements) est en cours, après la cession du site. Nantes métropole envisage d’ailleurs une place pour faire communiquer les deux futurs quartiers.

>> A lire aussi : EN IMAGES. On a visité le spectaculaire chantier de l'ancienne caserne Mellinet

Ce type de cession foncière de l’Etat à prix avantageux, dans le but de construire davantage de logements sociaux en France, se développe dans le département. En plus de ces deux projets, l’ancien foyer de la police de la rue Baco (devenu ensuite un squat), sera bientôt transformé en résidence sociale. L’ancienne gendarmerie de Montoir-de-Bretagne, vacante depuis 2012, vient aussi d’être vendue.