Les syndicats chez Aker Yards veulent l'intervention de l'Etat

G. F. - ©2007 20 minutes

— 

Environ 500 salariés des chantiers navals de Saint-Nazaire ont débrayé pendant une heure hier matin et après-midi, en réaction au rachat de 39,2 % des actions d'Aker Yards par son concurrent coréen STX Shipbuilding il y a deux semaines. « Nous ne connaissons toujours pas leurs intentions », fait valoir la CGT. « Le gouvernement nous dit d'attendre et de voir, mais nous ne voulons pas attendre et voir de nouveaux désastres sociaux. »

« Est-ce que les Coréens viennent spolier nos savoir-faire ? C'est notre crainte », s'interroge de son côté la CFDT, qui redoute les transferts de technologie en matière de paquebots, marché à forte valeur ajoutée sur lequel sont positionnés les chantiers nazairiens. Une motion réclamant « une intervention des pouvoirs publics » dans le capital de la société a été transmise au sous-préfet. Pour Force Ouvrière, l'Etat doit devenir actionnaire principal et majoritaire : « Il en va de la survie de notre entreprise. »