FC Nantes: René Girard préparerait-il du béton armé pour Nancy?

FOOTBALL A entendre leur entraîneur, les Canaris, en plein doute (trois défaites de rang), vont chercher avant tout à se rassurer à Nancy, samedi…

David Phelippeau
— 
Le coach René Girard
Le coach René Girard — AFP

Le discours devrait « ravir » les supporters nantais et « enchanter » les futurs téléspectateurs de Nancy-Nantes de samedi soir… Ce jeudi midi, l’entraîneur nantais René Girard a expliqué qu’il fallait que sa formation (18e de L1), qui reste sur trois défaites dont un 0-3 humiliant contre Metz dimanche, reprenne « les bases, les fondamentaux ».

>> A lire aussi : «Quand on voit le match, on peut être inquiet», tonne René Girard

« Il faut aller à Nancy avec une équipe de guerriers. Il faut qu’on prenne des points. Après, on ne va pas renter sur le terrain en claquant des genoux et des mains… » Suite à une nouvelle interrogation sur l’ambiance pesante depuis le revers messin de dimanche, l’entraîneur manie l’humour, tout sourire : « La prochaine question c’est quoi ? "Vous vous sentez menacé ?" Je pourrais être journaliste… » Un confrère ose lui dire, avec humour, que les médias lui poseront cette interrogation samedi sous les coups de 22 h. « Oui, après Nancy… », rigole le coach.

>> A lire aussi : Non, non, René Girard n'a «pas pour habitude d'abandonner le navire»

En attendant, en Lorraine, Girard, privé de ses deux défenseurs centraux Diego Carlos et Djijdi, ne devrait pas aligner sur le papier la formation la plus offensive de la saison. « Ça serait une grave erreur que de partir dans la sinistrose, poursuit-il. On a pris une bonne gifle. J’ai pour principe de dire qu’après une claque, on ne doit pas tendre l’autre joue. Dans ces situations-là, il faut jouer comme des salopards. C’est une image, mais il faut être davantage agressif et revenir aux fondamentaux du football. On a essayé de jouer contre Monaco et Bordeaux, on s’est fait contrer. Il faut peut-être tout remettre en place en étant plus rigoureux. » Nancy est prévenu et le téléspectateur aussi…

>> A lire aussi : Excédée, la tribune Loire lâche complètement son équipe