Trompés par l'Arche, puis menacés

(Avec AFP) - ©2007 20 minutes

— 

Un couple de Sainte-Luce-sur-Loire, qui s'apprêtait à accueillir un enfant du Darfour par l'entremise de l'Arche de Zoé, s'est dit hier menacé pour avoir parlé à la presse en fin de semaine dernière. « Nous, on a témoigné parce qu'on veut que la vérité soit établie », indiquent Cécile et Flavian Hervy, qui affirment avoir reçu un coup de fil anonyme leur promettant des « représailles » s'ils parlaient à la presse.

Le couple, âgé de 31 et 37 ans, avait « rempli un dossier » cet été auprès de l'association dans l'espoir d'adopter un orphelin. « On a été convoqué pour une réunion le 1er septembre où on nous a indiqué que, si on voulait continuer, il fallait verser 2 200 euros pour les frais médicaux et la logistique », raconte Cécile Hervy. Elle décrit Eric Breteau, le président de l'Arche de Zoé, expliquant de manière très convaincante sa démarche devant trois cents personnes : « Il avait réponse à tout et il avait l'air de savoir où il allait. Il nous a dit que pour arriver à l'adoption il faudrait de deux à cinq ans, et ça nous a semblé logique. En plus, on avait l'enfant avec nous pendant la procédure d'adoption, au lieu d'attendre sans rien avoir. »

Cécile Hervy explique également qu'ils n'ont jamais pu parler directement à Eric Breteau, car « il était toujours occupé ». Le couple en veut aujourd'hui à l'association et à son président de leur « avoir menti ». « Ce qui nous a choqués, c'est que tous les enfants ne soient pas orphelins et qu'ils ne viennent pas du Darfour. On envisage de porter plainte pour abus de confiance. »