Loire-Atlantique: Les sites de visite attendent le retour des élèves, après des annulations en masse

TOURISME Les parcs et musée veulent rebondir après un été mitigé et une fin d'année scolaire désertée par les groupes d'écoliers...

Julie Urbach

— 

Des enfants au zoo de la Boissière du Doré, près de Nantes
Des enfants au zoo de la Boissière du Doré, près de Nantes — Zoo de la Boissière du Doré

Les ateliers « carré de fouilles » proposés au château de Châteaubriant commencent à se remplir. Idem au musée Dobrée où des classes ont déjà réservé. Chez les directeurs des sites de visite de Loire-Atlantique, on souffle : les élèves semblent être de retour. De quoi, pour beaucoup d’entre eux, tourner la page d’une fin d’année scolaire désertée par ces publics, suivie d’un été plutôt mitigé.

Consignes de sécurité

A l’Océarium du Croisic, on croise les doigts. Malgré un nouveau bassin dédié aux raies, la fréquentation a baissé de 15 % cet été, et le mois de mai a été complètement raté. « Les gens ne bougeaient pas, les groupes scolaires ont annulé ou même pas réservé, regrette Nadine Auffret, la directrice. On a souffert des consignes de sécurité mais aussi de la pénurie de carburant ».

>> A lire aussi : Qui décide du maintien ou de l'annulation des sorties scolaires?

Même constat au zoo de la Boissière du Doré, qui accueille quelque 9.000 enfants sur l’année. « C’est une perte énorme chez les scolaires (-40 %), se désole Sébastien Laurent, le directeur. Les gens ont eu peur. Moi, j’ai l’impression qu’on a sorti le parapluie avant d’avoir mal ».

Mission pédagogique

Une tendance que le patron du 7e site le plus visité du département, espère renverser l’an prochain, après un été moyen. « Les scolaires ne sont pas le public le plus intéressant commercialement, mais ils nous importent beaucoup : l’une de nos missions est d’éveiller les plus petits, d’apprendre de nouvelles choses aux enfants. »

Alors que les groupes représentent près d’un tiers des visiteurs du musée d’histoire du château des ducs, on se veut là aussi rassurant, malgré plus de 50 annulations « liées aux manifestations en centre-ville ». « On est plutôt sereins, confirme Laurence D’Haene, chargée de la politique des publics. Nous avons des inscrits, et deux nouvelles salles dédiées à l’histoire contemporaine qui devraient beaucoup intéresser les élèves. »

Une saison touristique moins mauvaise que prévue

Au-delà de cette mauvaise passe pour certains sites de visite, et malgré un « contexte national compliqué », la Loire-Atlantique a « tiré son épingle du jeu » cet été, estime Françoise Haméon, vice-présidente du conseil départemental en charge du tourisme. Selon un premier bilan présenté vendredi, la fréquentation est jugée stable, malgré une baisse de la clientèle britannique. La hausse des réservations de dernière minute, liée sans doute à la belle météo, a permis de sauver la saison, notamment sur le littoral.

>> Tourisme en Pays de la Loire: Comment la saison estivale a pu être sauvée