FC Nantes: Excédée, la tribune Loire lâche complètement son équipe

FOOTBALL Pour la première fois depuis quatre ans au moins, la tribune la plus bruyante de la Beaujoire a manifesté sa colère, ce dimanche, face à Metz (0-3)...

David Phelippeau

— 

La tribune Loire.
La tribune Loire. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Il faut sans doute remonter à la saison 2011-2012 pour retrouver trace d’une ambiance aussi délétère en tribune Loire, à la Beaujoire. A cette époque-là, Landry Chauvin était l’entraîneur et Nantes était en L2. Waldemar Kita était évidemment toujours président. Ce dimanche, à 0-3 contre Metz, la tribune Loire, cœur de la Beaujoire (remplie par à peine 20 000 spectateurs ce dimanche), a décidé de lâcher sa formation.

>> A lire aussi : FC Nantes: «Quand on voit le match, on peut être inquiet», tonne René Girard

Les chants hostiles à la direction du club ont résonné de plus en plus fort. En première ligne : le président Waldemar Kita. Les « Kita entraîneur ! », « Kita, casse-toi ! » ou encore « Le FC Kita, on n’en veut pas » se sont succédé sans interruption. L’ancien entraîneur Michel Der Zakarian, très apprécié par les fans nantais, a même eu son heure de gloire (« Der Zakarian ») alors que le technicien actuel a été quelque peu chambré (« Merci Girard ! »). En fin de match, les fans de la tribune Loire se sont assis et ont fait le silence pendant quelques minutes.

Les joueurs comprennent les fans

« La guillotine (sic), ça ne sert à rien, a commenté le coach nantais. Il faut que tout le monde aille dans le même sens, mais on le mérite peut-être. » Les joueurs ont tous affirmé qu’ils comprenaient la réaction de la Loire. « Ils sont exigeants et ils ont raison de l’être, estime le milieu de terrain Valentin Rongier. Je comprends leur agacement. » Léo Dubois : « Je ne suis pas étonné par leur réaction. Ils s’abonnent, ils paient leurs places, et nous, on ne leur rend pas la pareille. On ne mérite que ça. Il faut tout faire pour rendre ce qu’ils nous donnent… »

>> A lire aussi : FC Nantes: Non, non, René Girard n'a «pas pour habitude d'abandonner le navire»