Nantes: Vers des vendanges tardives et peu abondantes

MUSCADET La récolte, très peu copieuse cette année, ne débutera pas avant le 15 septembre au plus tôt...

Frédéric Brenon

— 

Des vendanges de muscadet à la Haye-Fouassière en 2014.
Des vendanges de muscadet à la Haye-Fouassière en 2014. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Habituellement, rentrée des classes rime avec vendanges dans le vignoble nantais. Mais cette année, la récolte des raisins pour les appellations muscadet, gros plant et coteaux d’Ancenis sera plutôt tardive. Le coup d’envoi officiel ne devrait en effet pas être donné avant le 15 septembre au plus tôt. Il pourrait même patienter jusqu’au 20 septembre.

« Les contrôles de maturité montrent que ce n’est pas encore le moment, justifie François Robin, délégué de la Fédération des vins de Nantes. Le climat chaotique des derniers mois, marqué par un hiver doux, un printemps humide et un été tardif, a retardé le développement des grappes. »

Plus de 50 % de pertes

Si le beau temps des dernières semaines a permis d’assainir la vigne et laisse augurer d’une qualité « prometteuse », la récolte s’annonce très peu abondante. « Les trois épisodes de gel en avril ont fait du mal. Le développement du mildiou en juin a fait de gros dégâts », confie François Robin.

>> A lire aussi : Muscadet, gros plant: Les vins de Nantes veulent améliorer leur image

Les professionnels tablent d’ores et déjà sur plus de 50 % de pertes par rapport à une année normale. « On devrait collecter un total d’environ 150.000 hectolitres contre 450.000 hectolitres habituellement. Les vignerons y sont préparés. Il y a heureusement des stocks en cave qui permettront de passer le cap. »

Les vendanges avaient débuté le 4 septembre en 2015 et le 10 septembre en 2014.