FC Nantes: En équilibre sur un fil, Waldemar Kita fait un petit numéro de com'

FOOTBALL Après les critiques de son entraîneur sur le mercato jeudi dernier, le président nantais s'est retenu de ne pas souffler sur les braises dans « Ouest-France »...

David Phelippeau
— 
Le président Waldemar Kita.
Le président Waldemar Kita. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

On l’a connu plus impulsif, plus sanguin, plus virulent.  a répondu, ce mardi matin, dans , aux critiques de son entraîneur  , publiées vendredi dans la presse locale.

Pour rappel, jeudi dernier, le coach nantais a souhaité faire passer quelques messages et balancé du même coup quelques piques à sa direction. Lors du mercato qui s’est fermé mercredi dernier à minuit,  n’a par exemple pas obtenu le n°6 qu’il souhaitait absolument. « Quand on ne peut pas s’acheter un costume Boss, on attend les soldes… », a ironisé aussi René Girard. Un entraîneur qui n’a pas hésité à affirmer qu’il fallait sans doute revoir les ambitions fixées avant la saison (« jusqu’à la 15e place… »).

WK, mécontent, se retient…

Evidemment, le  n’a guère goûté les propos de son coach. Pour autant, ce mardi, dans les colonnes de , «WK» est resté positif et n’a pas prêté le flanc à la polémique. Ce qui n’est pas dans ses habitudes lorsqu’il se fait attaquer, mais ce qui est judicieux compte tenu de la situation et du caractère bien trempé de son coach.

Il encense Girard

Il qualifie le mercato nantais de « très positif ». « On peut donc parler de très bon travail collectif à 95 %. Les 5 % restants, c’est cette seconde partie de mercato, plus mitigée dans la mesure où nous n’avons pas réussi à nous ajuster comme nous le souhaitions. » Et  de passer un peu de pommade à son coach : « Après, je tiens à rappeler que notre recrue la plus importante a été l’entraîneur. Le profil de René Girard est parfait pour notre club. »

Un nouveau joueur à venir

Concernant la déception de son entraîneur de ne pas avoir obtenu de ,   explique : « Je comprends sa déception mais je suis encore plus déçu que lui ! » Il affirme que si ça ne s’est pas fait ce n’était pas en raison d'« une question financière ».

Enfin, le président précise qu’il va continuer « à travailler pour compléter le groupe, avec soit un joker, soit un joueur libre, soit un joueur du centre de formation ». La dernière option semble assez étonnante au passage… Puis,  conclut avec une note presque joyeuse : « Nous travaillons en bonne osmose. Ce qui est un point très positif. »