Angers: Soixante détenus ont refusé de regagner leur cellule

SOCIETE Des gendarmes spécialisés ont dû intervenir dimanche soir...

F.B. avec AFP
— 
Illustration d'une prison
Illustration d'une prison — Sarah ALCALAY/SIPA

Ils voulaient dénoncer la vétusté des locaux et leurs . Une soixantaine de détenus de la prison d'Angers ont refusé dimanche soir de regagner leurs cellules, a-t-on appris auprès de la direction interrégionale des services pénitentiaires du Grand Ouest.

A l'issue de la promenade, vers 17h, les détenus «n'ont pas voulu réintégrer leurs cellules», a expliqué Yves Lechevallier, le directeur interrégional.

Les Equipes régionales d'intervention et de sécurité (ÉRIS), c'est-à-dire des gendrames cagoulés spécialisés dans la , ont du être dépêchées sur place pour assurer «la réintégration dans le calme» des détenus, a ajouté Yves Lechevallier.

Nouvelle prison en projet

Les choses sont rentrées dans l'ordre en milieu de soirée, officiellemebnt sans violences, les détenus protestataires acceptant finalement de rentrer en cellule.

Les détenus «souhaitaient un minimum de médiatisation sur leurs conditions de détention», a justifié le directeur interrégional

La prison d'Angers date du XIXe siècle et accueille 362 détenus pour 270 places. Une nouvelle prison de 683 .