Primaire de la gauche: François de Rugy officialise sa candidature

PRESIDENTIELLE Le député de Loire-Atlantique souhaite présenter un projet écologiste…

20 Minutes avec AFP

— 

NANTES, le 19/01/2014 Francois De RUGY, député d'Ecologistes!
NANTES, le 19/01/2014 Francois De RUGY, député d'Ecologistes! — FABRICE ELSNER/20MINUTES

C’est officiel. L’écologiste François de Rugy se lance dans la course à la primaire. Le vice-président de l’Assemblée nationale a annoncé ce mardi sa candidature à la primaire de la Belle alliance populaire (BAP). « J’ai pris la décision d’être le candidat écologiste et réformateur à cette primaire de rassemblement », a déclaré François de Rugy.

« Je salue la primaire de la gauche et des écologistes, c’est une première », a relevé le député de Loire-Atlantique. Le Conseil national du PS a décidé le 18 juin d’organiser une primaire « ouverte aux acteurs de la Belle Alliance populaire », dont les écologistes pro-gouvernement comme François de Rugy, qui a quitté Europe Écologie-Les Verts (EELV) et fondé le parti « Écologistes ! »

>> A lire aussi : A gauche, une primaire ouverte et déjà une dizaine de candidats putatifs

« Un projet écologiste »

« Je pense qu’un projet écologiste doit être présenté dans cette primaire, a-t-il déclaré. Si je me lance, ce n’est évidemment pas parce que je pense que tout s’est bien passé depuis quatre ans ». « Ça va aussi être un moment d’examen du bilan, d’explication peut-être pour le président s’il est candidat, ce qui est probable, et en tout cas nous porterons un regard critique lucide sur ce qui a été fait depuis quatre ans et ce qui devra être fait dans le prochain quinquennat », a-t-il poursuivi.

Europe Écologie-Les Verts, de son côté, a annoncé qu’il organiserait sa propre primaire en vue de 2017. Le parti écologiste a vécu une véritable fuite des cadres depuis un an avec les départs des deux présidents du groupe à l’Assemblée, François de Rugy et Barbara Pompili, celui du Sénat Jean-Vincent Placé, qui a intégré le gouvernement en février en compagnie de l’ex-secrétaire générale du parti Emmanuelle Cosse.