Notre-Dame-des-Landes: 25.000 personnes contre le projet d'aéroport

RASSEMBLEMENT Au terme de deux jours de rassemblement, le seizième rendez-vous estival annuel, « on estime à 25.000 personnes le nombre de personnes qui sont passées sur le site »...

20 Minutes avec AFP

— 

Des opposants au prohjet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
Des opposants au prohjet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. — Tristan Reynaud/SIPA

Ils restent mobilisés. Quelque 25.000 personnes au total ont participé au rassemblement à Notre-Dame-des-Landes contre le projet d’aéroport, les organisateurs appelant à une nouvelle mobilisation sur le site début octobre, a-t-on appris dimanche auprès de l’Acipa, la principale association d’opposants.

>> A lire aussi: «Ce vote ne légitime pas le projet», répètent les écologistes

Au terme de deux jours de rassemblement, le seizième rendez-vous estival annuel, « on estime à 25.000 personnes le nombre de personnes qui sont passées sur le site », sans incident, a déclaré le porte-parole de l’association, Julien Durand.

« Beaucoup ont pris conscience de la nécessité de se mobiliser »

La préfecture de Loire-Atlantique ne disposait pas d’éléments sur la participation. « Notre satisfaction, a poursuivi Julien Durand, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui sont venus pour la première fois ». « Cela signifie, a-t-il estimé, que beaucoup ont pris conscience de la nécessité de se mobiliser contre ce projet » après la consultation voulue par le président de la République François Hollande et qui a vu la victoire du « oui » au transfert de l’actuel aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes.

Un nouveau grand rassemblement en octobre

Les manifestants ont aussi reçu la visite surprise et le soutien du chanteur Hugues Aufray, selon l’un des co-présidents de l’Acipa, Dominique Fresneau. « Nous appelons maintenant, a souligné Julien Durand, à un nouveau grand rassemblement le 8 ou le 9 octobre en réponse à la menace du Premier ministre de faire évacuer » la "zone d’aménagement différée" du projet d’aéroport, la ZAD, rebaptisée « zone à défendre » par les opposants.

Après la victoire du « oui » au référendum local du 26 juin, François Hollande avait annoncé que les travaux de l’aéroport commenceraient « prochainement », quand Manuel Valls s’était fait un peu plus précis, en les promettant pour « l’automne ». Interrogé par l’AFP sur la période prévue pour procéder à l’évacuation, qui devra mobiliser d’importants moyens de gendarmerie, un haut responsable gouvernemental a répondu « en octobre ».