Notre-Dame-des-Landes: «Ce vote ne légitime pas le projet», répètent les écologistes

AEROPORT Les écologistes nantais, qui contestent toujours le périmètre géographique de la conusltation organisée dimanche, restent déterminés à lutter contre le projet d'aéroport...

Frédéric Brenon

— 

Les élus écologistes nantais Jean-Paul Huard, Catherine Choquet, Pascale Chiron, Ronan Dantec,Cécile Bir et Julie Laernoes.
Les élus écologistes nantais Jean-Paul Huard, Catherine Choquet, Pascale Chiron, Ronan Dantec,Cécile Bir et Julie Laernoes. — F.Brenon/20Minutes

Quelques heures après la victoire du « oui » au transfert de l’aéroport Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes lors de la consultation organisée en Loire-Atlantique, les élus écologistes nantais ont rappelé leur « détermination » à lutter contre le projet. Pour eux, le résultat exprimé dimanche « ne légitime pas » le transfert.

« On respecte l’expression des électeurs de Loire-Atlantique. Mais on ne respecte pas le périmètre trop restreint de la consultation qui ne permet pas de prendre une décision reconnue par tous. L’aéroport du Grand Ouest réclame l’avis de tous les électeurs du Grand Ouest. On a toujours tenu ce discours », se défend Pascale Chiron, adjointe au maire de Nantes (EELV).

« La même situation de blocage qu’avant »

« Les sondages ont démontré que le Grand Ouest était contre. Et il ne faudrait pas en tenir compte ? C’est de la fausse démocratie participative qui exacerbe les tensions. On se retrouve dans la même situation de blocage qu’avant », tempête le sénateur Ronan Dantec (EELV). Catherine Choquet, adjointe au maire de Nantes (EELV), rappelle de son côté que « les recours juridiques ne sont pas épuisés » et qu’un « accord politique protège les paysans d’une expulsion tant qu’il existera des recours ».

>> A lire aussi : Les communes qui ont voté «oui» et celles qui ont dit «non»

N’aurait-il pas mieux fallu s’abstenir de faire campagne dans ces conditions ? « Nous pensions qu’il fallait revenir sur le champ politique. Et si le non était sorti vainqueur, c’était un coup de massue irréversible au projet », justifie Ronan Dantec. « Quand on voit qu’il n’y a que 100 voix d’écart sur la ville de Nantes alors qu’on nous disait perdants, qui aurait pu imaginer ça ? Rien que pour ça je ne regrette pas d’avoir fait campagne », complète Pascale Chiron.

« Un vote massif de l’électorat de droite »

Les écologistes ont également insisté sur le clivage politique des résultats. « On observe un vote massif de l’électorat de droite pour le projet d’aéroport. Bruno Retailleau, avec son instrumentalisation de la ZAD, en sort renforcé. La gauche, elle, a voté majoritairement contre. A Nantes, Johanna Rolland n’est pas suivie par son électorat. Ça dit des choses quand même », avance Ronan Dantec.

>> A lire aussi : L'évacuation de la ZAD serait déjà en discussion, selon Royal

Si la majorité des anti-aéroport conteste également le résultat de dimanche en raison des reproches adressés à la consultation, quelques élus et personnalités écologistes, comme Nicolas Hulot, François de Rugy ou Emmanuelle Cosse, invitent, à l’inverse, à accepter le choix des urnes.