Notre-Dame-des-Landes: Nicolas Hulot «s'incline» devant la victoire du «oui»

AEROPORT L'emblématique opposant au projet d'aéroport se dit attristé par la victoire du «oui» dimanche, mais souhaite que l'on tienne compte du résultat...

F.B. avec AFP

— 

Nicolas Hulot, président de la Fondation pour la Nature et l'Homme, le 31 mai 2016 à Nantes.
Nicolas Hulot, président de la Fondation pour la Nature et l'Homme, le 31 mai 2016 à Nantes. — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

C’est l’un des plus emblématiques opposants au projet de transfert de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Interrogé sur Europe 1 ce lundi, Nicolas Hulot s’est dit « attristé » par la victoire du « oui » lors de la consultation organisée dimanche en Loire-Atlantique au sujet du transfert de l’aéroport Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes. Pour autant, contrairement à de nombreux anti-aéroport, il annonce qu’il respectera la décision.

« En ce qui me concerne, je m’incline »

« Je prends acte de ce vote démocratique », « je suis profondément attristé » par ce résultat, a-t-il déclaré, tout en évoquant « un habillage » de démocratie participative.

Refusant d’adresser un message aux opposants au projet, notamment ceux installés dans la « zone à défendre », l’écologiste estime toutefois qu’on « ne peut pas demander d’aller voter et après, si le résultat ne nous plaît pas, ne pas en tenir compte. En ce qui me concerne, je m’incline. »

« A partir du moment où il y a un référendum, qu’il a été massivement voté pour le oui, c’est au gouvernement de prendre ses responsabilités, mais cela n’enlèvera pas la détermination de certains », prévient l’ex-envoyé spécial de François Hollande.

« Il fallait une consultation plus large »

Sur la forme, cette consultation s’est faite « en dépit du bon sens sur un territoire qui n’est pas représentatif », a commenté Nicolas Hulot. « Il fallait une consultation plus large » que le seul département de Loire-Atlantique puisque deux régions doivent financièrement contribuer au projet.

Déplorant que les alternatives n’aient pas été réellement « étudiées », l’écologiste estime que « la démocratie participative ne fonctionne pas dans notre pays » car elle se résume trop souvent à « un habillage de démocratie ».

>> A lire aussi : Les communes qui ont voté «oui» et celles qui ont dit «non»

La référence aux engagements de la COP21

Pour lui, ce projet né dans les années 60 découle d’une « planification du 20e siècle qui perdure au 21e siècle ». Car pour être cohérent avec les engagements pris lors de la conférence climat du Bourget (COP21), l’écologiste estime que le projet de Notre-Dames-des-Landes est « un cas d’école de ce à quoi il va falloir renoncer ».

« Les engagements de la COP ne nous permettent pas de continuer comme avant », a-t-il ajouté car « sinon les mots et les objectifs n’ont plus de sens ».

Celui qui réfléchit à une candidature à l’élection présidentielle souhaite que « l’enjeu écologique refasse surface » dans les prochains mois car « cela conditionne notre avenir, notre liberté, notre économie ». « J’espère qu’on ne va pas le sous-traiter, le traiter à la marge », a-t-il affirmé car « ignorer ces paramètres, ce n’est pas faire démonstration de modernité ».