Consultation Notre-Dame-des-Landes: Ce qu'il faut savoir avant de voter

AEROPORT Les électeurs de Loire-Atlantique sont invités à se prononcer ce dimanche sur le projet de transfert de l'aéroport Nantes-Atlantique...

F.B.

— 

La consultation est ouverte uniquement dans les bureaux de vote de Loire-Atlantique est possible dans les bureaux
La consultation est ouverte uniquement dans les bureaux de vote de Loire-Atlantique est possible dans les bureaux — SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA

Ce dimanche, c’est le grand jour. Après des années de conflit fait d’annonces politiques, de manifestations, de procédures judiciaires, de violences aussi parfois, les 967.000 électeurs de Loire-Atlantique (uniquement) ont l’occasion d’exprimer leur avis par les urnes sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ce qu’il faut savoir avant d’aller voter.

Où et quand voter ? Le scrutin est ouvert de 8 h à 18 h dans les bureaux de vote habituels des 212 communes de Loire-Atlantique. Il se prolongera jusqu’à 19 h à Saint-Herblain et Rezé et jusqu’à 20 h à Nantes. Comme pour toute élection, il faut sa carte d'électeur et, au minimum, une pièce d'identité pour pouvoir voter.

Quelle est la question ?  « Êtes-vous favorable au projet de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes ? » Il faudra répondre oui ou non avec les bulletins de vote reçus par La Poste ou à disposition dans les bureaux. Les bulletins de vote modifiés ne seront pas valides. Le projet cité est celui d’un nouvel aéroport à deux pistes, déclaré d’utilité publique en 2008.

Quelle conséquence ? Le scrutin est une consultation pour avis. Le résultat n'aura donc pas forcément valeur de décision. Ce sera à l’Etat d’en apprécier les conséquences. « Si le non l’emporte, le projet sera abandonné. Si le oui l’emporte, le projet sera engagé », a promis le Premier ministre, Manuel Valls.

Quel niveau de participation ? Pro et anti-aéroport craignent une abstention élevée. « La campagne a été un peu occultée par d’autres sujets d’actualité. Il y a aussi un effet de lassitude chez certains. Mais on a peu de références. On part dans l’inconnu », estime Arnauld Leclerc, politologue à l'université de Nantes.

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: Les cinq sujets qui fâchent à la loupe

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: 10 idées reçues sur le nouvel aéroport passées au crible

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: L'aéroport Nantes-Atlantique est-il saturé?