Loire-Atlantique: Un trafic international de civelles démantelé, 650.000 euros d'avoirs saisis

FAITS DIVERS Neuf personnes et une société sont impliquées dans un réseau de braconnage en lien avec une société espagnole…

Frédéric Brenon

— 

Des civelles pêchées à Saint-Nazaire (illustration).
Des civelles pêchées à Saint-Nazaire (illustration). — JS Evrard/Sipa

C’est une saisie record que vient de réussir la gendarmerie de Loire-Atlantique. La plus importante jamais réalisée en France dans le domaine du braconnage des civelles, également surnommé « l’or blanc ». Un vaste trafic international de ces alevins d’anguilles, dont la pêche est extrêmement réglementée, a été démantelé à l’issue de deux opérations judiciaires menées le 19 avril et le 31 mai, a-t-on appris ce jeudi.

Suspectées d’avoir organisé plusieurs livraisons illégales à une société de mareyage espagnole, neuf personnes ont été interpellées, dont la gérante de l’entreprise. Huit d’entre elles ont été mises en examen pour « trafic d’espèce protégée en bande organisée ».

Dix voitures de luxe, deux motos, un bateau…

Au cours de chacun de voyages, 100 à 150 kg de civelles étaient livrés pour être revendus dans le monde entier. Quand on sait que le prix des alevins oscille entre 200 à 300 euros le kilo, le préjudice est donc estimé à « plusieurs centaines de milliers d’euros ».

Les avoirs criminels saisis portent sur un montant d’environ 650.000 euros. Outre 2,6 kg de civelles, la gendarmerie a en effet récupéré 124 kg d’anguilles, dix voitures de luxe, deux motos, un bateau de plaisance, des bijoux, 35.000 euros en espèces…

Les braconniers, des « spécialistes de la pêche à la civelle connus de nos unités » selon la gendarmerie, résident tous en Loire-Atlantique. Ils « exercent sur les berges de Loire », de Thouaré à Saint-Nazaire, le plus souvent de nuit.

>> A lire aussi : Dans l'estuaire de la Loire, les pêcheurs à la traque de la civelle