Nantes: Le centre LGBT vandalisé, un «acte homophobe, inadmissible et lâche»

FAITS DIVERS La vitrine des locaux de l'association gay a été brisée dans la nuit de samedi à dimanche...

Frédéric Brenon

— 

Les locaux du centre LBGT de Nantes sont situés près du musée des Beaux-arts.
Les locaux du centre LBGT de Nantes sont situés près du musée des Beaux-arts. — Google maps

Le centre Lesbien, gay, bi et trans (LGBT) de Nantes, qui œuvre en faveur des droits et du bien-être des personnes homosexuelles, a été victime de vandalisme la nuit dernière. Les membres de l’association ont découvert ce dimanche matin que la vitrine des locaux situés rue Dugast-Matifeux, près de la rue Maréchal-Joffre, a été brisée par un objet imposant.

« Les dégâts ne laissent pas place au doute : il s’agit d’un acte volontaire », déplore Sébastien Dreillard, président du centre LGBT nantais. Aucune trace d'intrusion n'a été relevée. L’association a déposé plainte. Une enquête de police a été ouverte.

Pas une première

« C’est une attaque homophobe, inadmissible, d’une grande lâcheté car réalisée en pleine nuit sans la moindre signature », dénonce Sébastien Dreillard. Ce n’est pas la première fois que les locaux du centre LGBT nantais sont victimes de vandalisme. L’an passé, la vitrine avait déjà été taguée et la porte forcée.

« Pourquoi de tels gestes ? Est-ce qu’on dérange ? On est toujours surpris quand certaines personnes se battent contre les droits des autres. Ça ne va pas nous arrêter. Au contraire, ça nous donne encore plus d’énergie pour faire avancer nos droits », réagit le président du centre LGBT.

Cinépride et Marche des fiertés

Cet acte de vandalisme, condamné par plusieurs élus ce dimanche, intervient à deux jours du coup d’envoi du festival de cinéma Cinépride au Katorza. Cet événement a fait beaucoup parler le mois dernier en raison de la décision du conseil régional des Pays de la Loire de retirer sa subvention (5.000 euros sur 15.000 de budget).

La Marche des fiertés de la communauté gay, bi et trans est, quant à elle, prévue le samedi 11 juin (14h) dans les rues de Nantes.