Loi travail: Grève illimitée à la raffinerie de Donges, annonce la CGT

LOI TRAVAIL Une assemblée générale s'est tenue ce vendredi sur le site de la raffinerie...

J.U. avec AFP

— 

La raffinerie Total de Donges.Donges le 25 05 2016.//SALOM-GOMIS_110011250/Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA/1605251253
La raffinerie Total de Donges.Donges le 25 05 2016.//SALOM-GOMIS_110011250/Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA/1605251253 — SIPA

Le mouvement se durcit en Loire-Atlantique. La CGT de la raffinerie Total de Donges a appelé vendredi à un mouvement de grève illimitée jusqu’au retrait de la loi travail, a annoncé le syndicat.

Cette décision a été prise à l’issue d’une assemblée générale de plus d’une heure sur le site et intervient quelques heures après le déblocage par les forces de l’ordre du dépôt pétrolier voisin. La raffinerie, où une grève est observée depuis une semaine, est à l’arrêt complet depuis jeudi matin.

>> A lire aussi : Tous les dépôts pétroliers ont été débloqués (ou presque)

75 % des salariés de la production se déclarent grévistes

« Les débats ont été longs, parfois houleux, mais je le répète, une majorité très nette de salariés grévistes se dégage », a expliqué Fabien Privé Saint-Lanne, secrétaire général CGT, affirmant que « 75 % des salariés de la production se déclarent grévistes » à l’entrée du site lors de leur prise de fonction le matin. « Nous appelons donc à une grève illimitée jusqu’au retrait de la loi travail. »

Des salariés non syndiqués étaient, avant cela, sortis excédés de l’assemblée générale, déplorant une décision « sans vote » de la CGT et assurant « n’avoir jamais vu ça ».

Révision des investissements

Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, avait prévenu mardi que le blocage total ou partiel des raffineries allait conduire le groupe à « réviser sérieusement » les investissements qu’il avait prévus pour restructurer le secteur, dont les 500 millions programmés pour moderniser son site de Donges, situé à l’entrée de l’estuaire de la Loire.

« Aujourd’hui, Total est devenu la boîte aux lettres du gouvernement », a affirmé Fabien Privé Saint-Lanne, dénonçant les « pressions exercées » par le groupe.