Nantes: Un fonds d'indemnisation pour les commerçants pénalisés par les manifestations?

MANIFESTATIONS Johanna Rolland a fait une demande au ministère de l'Intérieur qui y serait attentif...

Frédéric Brenon

— 

Un commerce dont les vitrines ont été brisées cours des 50-Otages à Nantes.
Un commerce dont les vitrines ont été brisées cours des 50-Otages à Nantes. — F.Brenon/20Minutes

La maire socialiste de Nantes, Johanna Rolland, a annoncé mardi soir qu’elle avait demandé à l’Etat la création d’un fonds d’indemnisation pour les commerçants pénalisés par les manifestations à répétition et, plus particulièrement, par les dégradations commises sur les vitrines.

« Le ministère de l’Intérieur m’a confirmé qu’il prenait en compte ma demande d’un examen attentif au préjudice subi par les commerçants victimes de dégradations », explique, confiante, Johanna Rolland. Dimanche dernier, à Rennes, le ministre Bernard Cazeneuve avait en effet laissé entendre que les commerçants touchés bénéficieraient d’une indemnisation.

Le 15 mars, excédés, déjà, par la casse à répétition, les commerçants du centre-ville et la chambre de commerce et d’industrie (CCI) avaient chiffré à « plusieurs centaines de milliers d’euros de chiffre d’affaires perdus ». L’addition a dû s’alourdir depuis.

Renforts de police

La maire de Nantes s’est par ailleurs félicitée de l’arrivée de renforts de police décidés par le ministère de l’Intérieur. « Ils ont permis de limiter les débordements violents en marge de la manifestation de ce mardi », estime Johanna Rolland. Elle assure avoir obtenu du ministère le « maintien des renforts de police jusqu’à nouvel ordre ».