FC Nantes: «Dommage de mettre une étiquette à Girard maintenant...», peste Kita

INTERVIEW Le président du FC Nantes justifie son choix d'entraîneur (René Girard) et prend sa défense...

David Phelippeau
— 
Le président du FC Nantes Waldemar Kita.
Le président du FC Nantes Waldemar Kita. — F. Elsner / 20 Minutes (archives)

Calme, mais comme toujours un peu sur la défensive. Après avoir présenté son nouvel entraîneur René Girard, mardi midi, le président Waldemar Kita s’est laissé tenter par une petite interview au bord de la pelouse de la Beaujoire sur son nouveau coach. Entretien.

Pourquoi avoir choisi René Girard pour succéder à Michel Der Zakarian ?

Nous avons besoin de quelqu’un d’expérience. Si on veut passer le cap supérieur, il faut quelqu’un sachant gérer les personnalités dans le foot et quelqu’un de dominateur dans son style.

Votre priorité était Christian Gourcuff (engagé avec Rennes) au poste d’entraîneur ?

Ce n’est pas une question de premier choix. Nous avons discuté. C’est du même niveau que Girard. Gourcuff n’avait pas de club, il voulait quitter l’Algérie et revenir en France. On a eu deux ou trois contacts. Je sentais qu’il avait envie de rester dans sa Bretagne natale. Entre Lorient et Rennes, son cœur blance. Rennes, c’était son club de cœur. Je comprends très bien et je pense qu’il a fait un bon choix.

Ça vous agace qu’on colle l’étiquette d’entraîneur défensif à Girard ?

C’est dommage de lui donner une étiquette maintenant. Il faut lui donner une fois qu’il aura fait une partie de la saison. Il a besoin de plus de respect. Cette étiquette est malheureuse… Son CV et son passé parlent pour lui.

Et cette défiance d’une partie des supporters vis-à-vis de lui ?

C’est un manque de respect. Ce n’est pas très correct, mais il y a 1000 personnes qui parlent… Ce sont des gamins qui n’étaient pas nés quand Girard jouait au football. C’est dommage et désolant.

Débuter avec une telle hostilité c’est embêtant…

C’est la meilleure façon de montrer [pour Girard] qu’il est différent par rapport à ce que dit le public.

L’objectif avec Girard, c’est la Coupe d’Europe ?

Oui, avec René, par rapport aux moyens qu’on va se donner, il faut qu’on passe le cap qu’on n’arrive pas à passer depuis au moins deux ans. Vous [les médias], vous avez critiqué le staff et l’entraîneur [Der Zakarian] pendant une année, et tout à coup, il fallait donner presque le mouchoir [à l’annonce de son départ]. Tenez, j’en ai dans ma poche des Kleenex… Arrêtez, vous étiez les premiers à le critiquer. J’ai pris une décision de sagesse. Ce n’est pas facile de tout recommencer à zéro. C’est même fatigant, mais heureusement j’ai l’habitude de travailler.