FC Nantes: «Laissez travailler Girard, avant de le juger!», peste Laurent Nicollin

FOOTBALL «20 Minutes» a interrogé des acteurs du monde du football qui ont bien connu le nouveau coach nantais René Girard...

David Phelippeau
— 
Lille, le 24 septembre 2013. Match comptant pour la 7eme journee du championnat de ligue 1 de football qui opposait le Lille OSC (LOSC) a Evian Thonon Gaillard au Stade Pierre Mauroy. Ici, le coach Lillois Rene Girard.
Lille, le 24 septembre 2013. Match comptant pour la 7eme journee du championnat de ligue 1 de football qui opposait le Lille OSC (LOSC) a Evian Thonon Gaillard au Stade Pierre Mauroy. Ici, le coach Lillois Rene Girard. — M.Libert/20 Minutes

René Girard (62 ans) va succéder à Michel Der Zakarian au poste d’entraîneur. Le FC Nantes l’a officialisé ce mercredi matin sur son site Internet.

Depuis que son nom est sorti dans la presse, une campagne anti-Girard, menée par de nombreux supporters nantais, fait rage, notamment sur Twitter. Toutes les tares lui sont imputées, notamment celle d’être un coach ultra-défensif. 20 Minutes a interrogé deux journalistes, un supporter, un joueur, un dirigeant qui l’ont bien connu, notamment à Montpellier où il a été champion de France en 2012 et à Lille.

>> Geoffrey Dernis, ancien joueur de Montpellier (2009-2012)

L'ancien milieu de terrain offensif de Montpellier Geoffrey Dernis.
L'ancien milieu de terrain offensif de Montpellier Geoffrey Dernis. - DAMOURETTE/SIPA

« J’ai quand même fait une finale de Coupe de la Ligue et gagné un titre avec lui. Ce n’est pas rien. Je n’ai pas toujours été d’accord avec lui. C’est un caractériel, un bosseur. Les choses sont carrées avec lui. C’est un coach à l’ancienne. Il fait beaucoup confiance aux joueurs, à eux de lui redonner derrière. Il est très humain, très ouvert. Sur le terrain, il demande beaucoup d’efforts à tous ses joueurs. Je ne l’ai jamais entendu dire qu’il fallait bétonner et que si on ne prenait pas de buts, c’était cool. Il n’a jamais dit aux attaquants de bloquer les couloirs ou de rester derrière. Moi, j’étais un joueur de côté, il me laissait la liberté de rentrer dans l’axe sans souci… »

>> Gilles Favard, ancien conseiller du président Kita et ami de Girard

Nantes, le 31/08/2010 Gilles FAVARD, conseiller du president du FC NANTES Waldemar KITA
Nantes, le 31/08/2010 Gilles FAVARD, conseiller du president du FC NANTES Waldemar KITA - © Fabrice ELSNER

« René, personne ne lui marche sur les pieds. Tu ne lui donneras pas d’ordre sur le foot. C’est un bosseur. C’est exagéré de le résumer qu’à un coach défensif. C’est sérieux, solide, mais il sait demander à son équipe de jouer au foot à la récupération du ballon. C’est un procès injuste qui lui est fait. Ce n’est pas l’attaque à tout va, mais c’est très sérieux. »

>> Laurent Nicollin, président délégué de Montpellier

Lille, le 9 mars 2014. Match comptant pour la 28me journŽe de championnat de L1 de football qui opposait le Lille OSC ˆ Montpellier au stade Pierre-Mauroy. Ici le prŽsident dŽlŽguŽ de Montpellier, Laurent Nicollin.
Lille, le 9 mars 2014. Match comptant pour la 28me journŽe de championnat de L1 de football qui opposait le Lille OSC ˆ Montpellier au stade Pierre-Mauroy. Ici le prŽsident dŽlŽguŽ de Montpellier, Laurent Nicollin. - M.Libert/20 Minutes

« Il est resté quatre ans chez nous. Il a des idées claires. Il est précis dans ce qu’il veut faire. Il y a un décalage entre le Girard au quotidien très agréable et celui à 20 h le samedi soir devant son banc. Il est très expressif. C’est un gagneur. Un coach défensif ? Euh, Montpellier a été finaliste de la Coupe de la Ligue et champion de France ! J’ai répondu indirectement à votre question. Tout dépendra des joueurs qu’il aura. Laissez-le travailler avant de le juger. Et demandez aux gens qui sont venus au stade l’année du titre s’ils se sont emmerdés. Il me semble qu’à Nantes, vous ne rigolez pas beaucoup depuis quelques années, malgré le bon travail de Michel Der Zakarian. Moi, je préfère gagner deux fois 1-0 que de perdre une fois 4-3 et une autre fois 5-4... Un cocktail détonant avec Kita ? Ça peut aussi faire de belles choses des cocktails détonants (rires). Avec Girard, Nantes peut revenir au premier plan, mais tout dépendra des joueurs mis à sa disposition. »

>> Un membre d’un groupe de supporters lillois

Lille, le 12 janvier 2014. Match comptant pour la 20me journŽe du championnat de ligue 1 de football qui opposait le Lille OSC (LOSC) ˆ Reims au stade Pierre Mauroy. ici les supporters lillois.
Lille, le 12 janvier 2014. Match comptant pour la 20me journŽe du championnat de ligue 1 de football qui opposait le Lille OSC (LOSC) ˆ Reims au stade Pierre Mauroy. ici les supporters lillois. - M.Libert/20 Minutes

« Personne n’en voulait quand il est arrivé. Dans mes souvenirs, il avait insulté des supporters lillois par le passé… Il n’était pas le bienvenu et quand il est parti, on n’était pas mécontents. Les matchs étaient d’un ennui total avec lui. On s’emmerdait pendant les matchs. On défendait bien, mais on ne produisait rien offensivement. Quand on joue Porto en barrages de la Ligue des champions en août 2014, le LOSC joue avec huit joueurs à vocation défensive au coup d’envoi [seuls Kalou et Origi étaient des joueurs offensifs]. Nantes va avoir le même type de jeu, je comprends que les supporters soient mécontents. »

>> Philippe Sers, journaliste à France Bleu Hérault

« C’est un super entraîneur, à l’ancienne. C’est un bougon. Il est tellement persuadé d’être dans le vrai qu’il ne se défend jamais, mais il attaque. On lui a bâti une réputation d’entraîneur défensif. A Montpellier, j’ai connu des matchs avec Cabella, Utaka, Belhanda, Aït-Fana et Giroud en même temps. C’est vachement défensif ça non ? On lui a collé cette étiquette à cause de sa réputation de "faucheuse" qu’il avait quand il était joueur. Jamais de la vie, je me suis emmerdé pendant les matchs. Après, il y a une culture du jeu, du foot à Nantes qu’il n’y a pas ici. Le FCN ne vit que dans son passé. Montpellier n’en a pas. C’est un bosseur. Et si Bammou, il tortille du cul, il va te le remettre droit. Ceux qui vont avoir le melon, il va vite leur dégonfler. »

>> Gaëlle Laurent, correspondante pour Le Parisien à Lille

« A son arrivée à Lille en 2013, il y avait aussi eu un Girard bashing. Le club avait ainsi très vite fait une rencontre entre Girard et certains leaders de groupes de supporters. Il y a un vrai décalage entre l’image publique et privée de Girard. René est adorable, poli, honnête, et ça dérange dans le monde du foot actuel. Il est limite trop gentil pour être dans cet univers. Les gens ne retiennent que ce qu’on leur donne sur Girard. Il est par exemple en guerre ouverte avec Pierre Ménès… Le jeu ? Il aime avoir une bonne base défensive, mais il a eu des résultats avec Lille (3e, puis 8e). Oui, on s’est parfois fait chier, mais ce fut le cas aussi avec Puel, et Antonetti cette saison. Girard, quand vous lui faites des promesses, il faut les tenir, sinon ça ne le fait pas. »