Nantes: L'amant jugé aux assises pour l'assassinat de l'élu vendéen

JUSTICE Souleymane Karamoko est jugé cette semaine pour la mort de Roland Touzeau, dont le corps avait été découvert nu dans le coffre de sa voiture en décembre 2013...  

Frédéric Brenon

— 

La cour d'assises de Loire-Atlantique.
La cour d'assises de Loire-Atlantique. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD AFP

Le procès de Souleymane Karamoko s’ouvre ce lundi devant la cour d’assises de Loire-Atlantique, à Nantes. Ce jeune homme d’origine ivoirienne, âgé de 22 ans, est jugé pour l’assassinat de Roland Touzeau, conseiller pédagogique pour l’éducation nationale et conseiller municipal d’Aizenay en Vendée.

La victime, âgée de 57 ans, avait été retrouvée nue, dans le coffre de sa voiture, une berline de marque Audi. Le corps était partiellement calciné et portait des traces de coups de couteau. Le véhicule avait été découvert par les pompiers le 20 décembre 2013, quartier Saint-Jacques à Nantes.

L’amant voulait vendre la voiture pour l’argent

Repéré par les enquêteurs en raison de ses nombreux échanges téléphoniques avec Roland Touzeau les semaines précédeant le drame, Souleymane Karamoko passe aux aveux quinze jours plus tard. Il explique avoir entretenu une relation intime avec l’élu pendant deux mois, après une prise de contact sur un site de rencontres. En difficulté financière, il aurait utilisé la carte bancaire de la victime, avec son accord, pour effectuer des achats.

Il avait également l’intention de vendre l’Audi pour se faire de l’argent. Une annonce pour le véhicule avait été publiée sur un site de vente en ligne. Mais Roland Touzeau s’y opposant, il l’aurait mortellement poignardé dans sa chambre, avant de tenter de maquiller son geste en un crime crapuleux orchestré par des voyous.

Souleymane Karamoko, qui risque la prison à perpétuité, est toutefois revenu depuis sur ses propos, évoquant la participation d’une tierce personne. La famille de la victime espère désormais obtenir toute la vérité dans cette affaire.