Ouihop, l'appli pour faire de l'autostop en ville, débarque à Nantes

TRANSPORTS Grâce à la géolocalisation, la plateforme met en relation piétons et automobilistes pour de courts trajets...

Julie Urbach

— 

Illustration de l'appli Ouihop dans les rues de Nantes
Illustration de l'appli Ouihop dans les rues de Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes

Pas question de lever le pouce si ce n’est pour pianoter sur son téléphone. Depuis quelques jours, les Nantais qui le souhaitent peuvent ranger leur morceau de carton portant le nom de leur destination pour préférer télécharger une appli utile pour faire de l’autostop en ville, lors de petits trajets du quotidien. OuiHop, disponible depuis six mois en Ile-de-France et plus récemment à Lyon vient de se lancer dans la cité des ducs.

Plus flexible que le covoiturage

Grâce à la géolocalisation, elle promet aux utilisateurs de se mettre en contact très vite : « L’automobiliste va publier son trajet avant de se mettre en route, puis utiliser son téléphone en mode GPS, explique Laurent Maghdissian, co-fondateur de OuiHop. Le piéton peut le solliciter au départ ou sur le chemin pour faire tout le trajet ou juste un bout, jusqu’à un arrêt de transports en commun par exemple. »

Un concept, beaucoup plus flexible que le covoiturage car sans planification, qui a déjà séduit à Nantes la Société générale. Le millier de salariés qui travaillent au siège, basé quartier Beaujoire, ont été incités à télécharger l’appli. « Il y a un petit quart d’heure de marche depuis l’arrêt de tramway Halvêque (ligne 1), le plus proche explique un salarié. De mon domicile, je mets 15 minutes en voiture, contre trois quarts d’heures en transport en commun. Du coup, beaucoup de collaborateurs font le trajet tout seuls dans leur véhicule… »

Opérationnel d’ici trois mois

Reste que pour que le système tourne, l’appli doit trouver un nombre suffisant d’adeptes. « Nous avons déjà 6.500 utilisateurs à Paris et à Lyon, se félicite Laurent Maghdissian, qui vise déjà de nouvelles villes où s’implanter. Nous parions sur le fait qu’à Nantes, ça fonctionne bien d’ici trois mois. »

Pour ceux qui veulent s’inscrire, les trois premiers trajets sont gratuits puis il faut compter un abonnement mensuel de 2 euros pour voyager en illimité. Les automobilistes ne sont pas rémunérés mais peuvent recevoir des bons (pleins d’essence, places de parking gratuites, cours d’écoconduite…) « tout en pouvant se satisfaire de faire vivre des valeurs de solidarité ».