Nantes: Fracture du nez et quinze points de suture pour le policier frappé

MANIFESTATION Le commandant de police roué de coups lors de la manifestation de mardi a été hospitalisé...

F.B.

— 

Les policiers de la Brigade anti-criminalité (Bac) ont eu beaucoup de travail mardi à Nantes L.Venance/AFP
Les policiers de la Brigade anti-criminalité (Bac) ont eu beaucoup de travail mardi à Nantes L.Venance/AFP — AFP

La manifestation contre le projet de loi travail organisée mardi après-midi, en centre-ville de Nantes, par des collectifs de jeunes (sans les syndicats) a été marquée par de nouveaux incidents. Du mobilier urbain et plusieurs vitrines ont été brisées. Des projectiles ont été lancés sur les forces de l’ordre. Plus grave encore, un policier, commandant à la Brigade anti-criminalité (Bac), a été pris à partie physiquement lors d’une intervention où il s’est retrouvé isolé.

Barre de fer et coups de pied

L’homme aurait reçu un coup de barre de fer sur la tête ainsi que plusieurs coups de pied au visage par des manifestants masqués. Ceux-ci étaient parvenus à lui retirer son casque de protection, rapporte un témoin. Hospitalisé au CHU de Nantes, il souffre d’une entaille à l’arrière du crâne (sept points de suture), de plaies au visage (huit points de suture) et d’une fracture du nez, selon la police.

Six autres policiers et gendarmes ont également été blessés, plus légèrement, au cours des heurts avec les casseurs.

Onze jeunes interpellés

Onze personnes, âgées de 16 à 22 ans, domiciliées à Nantes, à Bouguenais, au Loroux-Bottereau ou en Seine-Seine-Denis, ont été interpellées pour « jet de projectile » ou « participation à un attroupement armé » en marge de cettemanifestation désorganisée ayant réuni plusieurs centaines de personnes. Neuf devraient être poursuivies, dont trois jugées dès ce mercredi après-midi en comparution immédiate.