Une famille meurtrie se confie à la cour d'assises

G. F. - ©2007 20 minutes

— 

L'avocat général a réclamé hier douze ans de réclusion criminelle à l'encontre de Jean-Luc Guillermic, le brigadier-chef accusé d'avoir tué involontairement un de ses hommes en octobre 2004, lors d'une soirée arrosée au commissariat. « Il est indigne de ses fonctions, de ses responsabilités, a tonné Yves Gambert. Il a déshonoré la police. »

Plus tôt dans l'après-midi, l'émotion était montée d'un cran, avec les témoignages des proches de la victime, Frédéric Ruaux, 34 ans et père d'un enfant âgé de 7 ans au moment des faits. « Ça fait trois ans qu'on ne vit plus, que je suis suivie par un psychiatre », a expliqué à la barre sa soeur Carole, 23 ans, qui avait quatorze ans d'écart avec son frère. « En grandissant, je me disais que ça allait être l'occasion de me rapprocher de Frédéric. Je n'en aurai en fait jamais la chance. » La tante et marraine de la victime pense, elle, à Alexis, son fils, qui « vit aujourd'hui des jours difficiles ». « Il pense tous les jours à son papa », renchérit Valérie, l'ex-compagne du policier et mère de l'enfant. « Plus ça va, plus il lui ressemble. Son père était quelqu'un de bien. » Le verdict de la cour d'assises de Loire-Atlantique était attendu hier en fin de soirée.