Nantes: Les organisateurs de «Touche pas à mon centre-ville» renoncent à leur manif contre les casseurs

SOCIETE Le rassemblement prévu samedi soir place Graslin est annulé en raison de l'organisation d'une contre manifestation à la même heure...

F.B.

— 

Manifestation contre la loi Travail à Nantes le 17 avril. S.Salom-Gomis/Sipa
Manifestation contre la loi Travail à Nantes le 17 avril. S.Salom-Gomis/Sipa — SIPA

Ils voulaient organiser un « rassemblement pacifique » samedi soir (19h) place Graslin pour dénoncer les violences et incidents constatés en centre-ville de Nantes en marge des manifestations contre la loi travail. Une initiative qui avait reçu pas mal de soutiens. Mais les organisateurs de l’événement « Touche pas à mon centre-ville » ont finalement décidé de renoncer leur projet.

L’organisation d’une contre-manif intitulée « Touche pas à ma révolte », au même endroit et à la même heure, et le risque de nouveaux débordements les a en effet convaincu d’annuler.

« Préserver la sécurité de tous et le calme »

« De nombreux radicaux ont prévu de venir se confronter aux commerçants et riverains pacifiquement réunis. Malgré notre discours totalement neutre par rapport à la loi travail, malgré notre rejet constant de toute forme de récupération politique, nous avons été accusés d’être d’extrême droite. Pour préserver la sécurité de tous et le calme du centre-ville, nous avons décidé d’annuler notre rassemblement », expliquent les organisateurs sur leur page Facebook.

La contre-manif « Touche pas à ma révolte » se présente comme un « groupement de Nantes mobilisés contre la loi travail et en colère contre les casseurs du mouvement ». Elle rassemble pour l’heure 362 soutiens sur Facebook, contre un peu plus de 4.000 pour « Touche pas à mon centre-ville ».