Législative partielle en Loire-Atlantique: Le PS conserve la circonscription d'Ayrault

POLITIQUE Karine Daniel (PS) a été élue députée ce dimanche avec plus de 55% des voix...

Julie Urbach

— 

Karine Daniel et Jean-Michel Eon
Karine Daniel et Jean-Michel Eon — J. Urbach/ 20 Minutes

La gauche a gardé son bastion. La troisième circonscription de Loire-Atlantique a été remportée par le parti socialiste à l’issue du deuxième tour d’une élection législative partielle ce dimanche. La candidate Karine Daniel (PS), en tête au premier tour, a obtenu 55,44 % des voix. Elle était en duel face à Matthieu Annereau, qui représentait la liste Les Républicains-UDI-Modem (44,56 %). C’est la deuxième élection de ce type que le PS remporte, sur les 19 derniers scrutins. «Nos concitoyens font toujours confiance à la gauche lorsqu'elle se fonde sur les politiques locales», s'est félicité Philippe Grosvalet, président du conseil départemental.

Alors que 90.000 électeurs (dont 27.000 Nantais) étaient concernés, l’enthousiasme autour de ce vote n’a, une fois de plus, pas été au rendez-vous. Au premier tour, seul un électeur sur quatre s’était déplacé. Même constat cette semaine, avec 25,77 % de participation.

Poussée du vote blanc

D’autant qu’à part le candidat du Parti communiste (qui s’était positionné derrière Karine Daniel), aucun des 8 autres candidats n’avait véritablement donné de consigne de vote. L’écologiste Jean-François Tallio, qui était arrivé en troisième position avec 17 % des voix la semaine dernière, l’avait même revendiqué « sans ambiguité », notamment en raison des divergences autour du dossier Notre-Dame-des-Landes.

Le candidat avait également rappelé l’existence du vote « blanc », une démarche que semble avoir adoptée un nombre significatif d’électeurs pour ce second tour : 763 bulletins blancs avaient été comptés dimanche dernier, il y en a eu plus de 2.000 ce dimanche.

Députée à temps plein

Les électeurs étaient appelés aux urnes pour désigner le successeur de Jean-Marc Ayrault, député de cette circonscription depuis 30 ans (et élu parfois au premier tour), qui avait laissé son siège vacant après son retour au gouvernement et le décès de son suppléant, Jean-Pierre Fougerat.

Karine Daniel, 41 ans, économiste, prendra donc sa succession à l’Assemblée nationale. Adjointe au maire de Nantes à l’enseignement supérieur et aux relations internationales, et conseillère métropolitaine, elle a déjà annoncé, lors de sa campagne, qu’elle démissionnerait de ses fonctions pour se consacrer à temps plein à son mandat de députée. Son suppléant, Jean-Michel Eon, est adjoint au marie de Couëron.