Nantes: Nouvelle manifestation mercredi, un arrêté préfectoral pour prévenir les violences

LOI TRAVAIL La préfecture de Loire-Atlantique a publié un arrêté «portant interdiction temporaire de port et transport d'objets pouvant constituer une arme par destination» pour mercredi dès 8h...

Julie Urbach

— 

Manifestation contre la loi travail ou loi El Khomri a Nantes le 17 03 2016./SALOM-GOMIS_SALOMGOMIS1841.12/Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA/1603171856
Manifestation contre la loi travail ou loi El Khomri a Nantes le 17 03 2016./SALOM-GOMIS_SALOMGOMIS1841.12/Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA/1603171856 — SIPA

La mobilisation continue. Ce mercredi, à une semaine de la grande journée de manifestation nationale du 27 avril, un rassemblement contre la loi travail est prévu à 14h au départ de la place du Bouffay. L’appel a été lancé sur les réseaux sociaux par « l’Université de Nantes en Luttes » et la « Coordination Interlycéenne ». Des actions de blocage devraient avoir lieu le matin, avant la manifestation de l’après-midi, non déclarée comme les six derniers défilés.

Les « objets pouvant constituer une arme par destination » interdits

Considérant que cette manifestation « s’inscrit dans la même logique de violence et de destruction des biens publics et privés », le préfet a pris un arrêté « portant interdiction temporaire de port et transport d’objets pouvant constituer une arme par destination », dans le périmètre du grand centre-ville, du quai de la Fosse au boulevard de Doulon, du sud de l’île de Nantes au rond pont de Rennes, de 8h à 23h59.

Concrètement, sur réquisition du procureur, des contrôles pourront être effectués en amont aux abords ou lors du rassemblement, afin de repérer si des objets dangereux sont portés « sans motif légitime » et avec « une intention malfaisante », explique Laurent Buchaillat, le directeur du cabinet du préfet.

S’il n’y a pas de liste d’objets définis, « cela dépendra de l’analyse des services de police », explique Laurent Buchaillat. « Par exemple, ce n’est pas la même chose lorsqu’un menuisier transporte un marteau ou si l’objet est trouvé dans le sac à dos d’un manifestant… Le discernement sera facile à faire, en repérant des éléments objectifs de la volonté d’agresser ou de dégrader. »

Nombreuses interpellations

Laurent Buchaillat a par ailleurs « salué l’efficacité et la maîtrise des forces de l’ordre qui arrivent à limiter les actes de violence sur les personnes et les dégradations. » « A chaque signalement, il y a eu une intervention rapide des forces de l’ordre. Le dispositif conséquent porte ses fruits en matière d’interpellations », se félicite-t-il.

« Entre 80 et 100 interpellations » ont déjà eu lieu en six manifestations, alors que la maire, Johanna Rolland, s’en est plusieurs fois remise à l’Etat pour demander une meilleure protection du centre-ville. La CCI et les commerçants, qui dénoncent une situation « alarmante », ont même récemment demandé l’interdiction des manifestations dans ce secteur, une mesure irréalisable selon le cabinet du préfet.